Photo en Une : © D.R


La police britannique confirmait déjà en début d'année que le nombre de fêtes illégales à Londres avait doublé entre 2016 et 2017. Grâce à une enquête menée par Sky News, on connait maintenant combien d'événements de ce genre se sont déroulés dans le pays entier en 2017 : 680, soit une hausse de neuf pour cent par rapport à l'année précédente. Le chef de la police nationale énonce que celles-ci sont « par nature dangereuses », s'appuyant sur un autre chiffre, celui des 108 crimes commis dans le cadre de ces rave en l'espace de 3 ans.

   À lire également
Le nombre de rave clandestines à Londres a doublé en un an face au déclin des clubs

Seulement, le rapport rendu par Sky News admet que cette hausse des fêtes clandestines n'est pas le seul fait de jeunes voulant braver la loi coûte que coûte. Le déclin des clubs, à Londres (moins huit pour cent d'entrées), mais aussi dans le pays tout entier (moins six), est une des explications à ce regain d'énergie des free parties. « L'argent est aussi un facteur indéniable, explique le membre d'un collectif londonien à Resident Advisor. Les prix des clubs Londres sont démesurés, c'est normal que les gens qui n'ont pas d'argent leur préfèrent l'alternative des rave. »