Photo en Une : © David Boschet


L'hiver et son lot de festivals arrivent à grands pas. Et ce n'est pas le mauvais temps et le froid qui arrêteront les bretons, si célèbres pour leur goût pour la fête et les sonorités techno. Astropolis propose donc l'édition 24.5 (hivernale) de son festival aux activités aussi ludiques que variées dans toute la région brestoise.

Astropolis, c'est d'abord une action culturelle : rendre la musique électronique accessible à tous et lutter contre l'exclusion à travers divers ateliers et workshops. Fort de ses multiples partenaires, le festival sera présent en plusieurs endroits en journée comme en soirée : seront par exemple organisées des activités créatives pour les 6-12 ans ou encore une formation Ableton Live dirigée par Madben les 8 et 9 février. Durant ces mêmes jours, la Factory sera ouverte pour des expositions au centre d'art contemporain Passerelle de 16h à 21h30. De rares collectors, qui sauront ravir les amateurs, pourront peut-être y être dénichés !

   À lire également
Brest : la techno s'invite dans les parcs et sur la mer durant les journées du festival Astropolis


Les nuits d'Astropolis, quant à elles, ne seront pas en reste. Le soir du jeudi 7 février, Manu le Malin et Regina Demina seront aux commandes du son et de l'image pour le projet « Crush For Crash », une performance aux allures dystopiques, teintées de noirceur, de violence et d'émotion. Les soirées Bunker Palace et leur programmation d'exception prendront place les 8 et 9 février. S'y retrouveront des noms tels que Luke Vibert, Djrum, SHXCXCHCXSH, Kenny Dope ou encore DJ Seinfeld. De la techno old school à la deep house en passant par l'expérimental, Astropolis promet des sets au rythme effréné. Le soir du 8 sera également dédié aux labels de la région tels que Les Disques De La Bretagne, avec des artistes comme Low Jack ou le Napolitain Sharplines. Enfin, le festival sera clôturé le dimanche 10 février par une conclusion bretonne avec Subtil DJ, Tom Von Bed, Benny E ou encore Arabica et Bicolore.

C'est donc un programme riche en sensations qui attend les participants. Ce sera pour certains l'occasion de se familiariser avec la musique électronique, pour d'autres de festoyer au rythme de sets endiablés (et pourquoi pas les deux). Et il n'y aura pas que l'ambiance pour plaire : « Brest et son port, Brest le terminus, Brest la blanche… Astropolis, c’est un parcours musical dans la ville. On essaie chaque année de proposer de nouveaux projets aux esthétiques diverses. Cette volonté de faire découvrir notre scène régionale est une obsession qui se nourrit de belles rencontres et privilégie cette curiosité qui ne doit pas disparaître ! », ajoute Gildas Rioualen, co-organisateur du festival.

Plus d'informations sur la page de l'événement Facebook.