Photo en Une : © D.R

Il est aujourd'hui indéniable que la musique concrète et les expérimentations du Groupe de Recherches Musicales (GRM) fondé par Pierre Schaeffer ont posé la structure autour de laquelle est née et s'est développée la musique électronique. Dans les années 1950, des équipes françaises expérimentaient les premières boucles et les manipulations sonores dont les musiciens se servent aujourd'hui.

Pour rendre hommage à ces précurseurs, l'INA prévoit d'éditer en vinyle une compilation de certains de leurs innombrables travaux — près de 2000 sur une période de 70 ans. « Assez rapidement est venue l'idée de choisir des œuvres courtes, ou alors des mouvements d'œuvres plus longues, de manière à proposer un panel de pièces assez large, avec un aspect rétrospectif, explique un membre de l'INA GRM. Certaines des œuvres que nous avons réécoutées auraient été parfaites pour le disque, mais elles auraient occupé toute une face du vinyle, voire deux faces entières, et cela aurait été dommage de n'offrir qu'un ou deux points d'entrées aux auditeurs qui ne connaissent pas très bien ces musiques dans leurs diversités. »

   À lire également
Lorsque Pierre Henry, pionnier de la musique concrète, se confiait sur sa relation avec l'autre géant Pierre Schaeffer

Choisir les morceaux à compiler, un travail méticuleux au sein d'un catalogue conséquent. Alors, pour éditer une tracklist cohérente, les membres de l'équipe d'INA GRM expliquent s'être « orientés vers des œuvres que nous connaissions déjà, mais nous nous sommes également plongés dans le fond, à la recherche de petits trésors, parfois uniquement guidés par le titre, ou bien par les courts descriptifs qui accompagnent ces pièces dans les index. »

En résulte une sélection de 9 travaux, de Pierre Schaeffer à Christian Zanési, pour découvrir les travaux précurseurs de l'INA GRM. Mais si l'appellation expérimentalisation sonore peut faire peur, chaque morceau ou extrait de la compilation dispose tout de même d'une portée artistique. « "Journal", de François Bayle, c'est un collage de sons extraits de son quotidien. Même si l'on ne parle pas de "sampling" à l'époque, la pratique du collage d'enregistrements est ici utilisée pour qu'on reconnaisse distinctement tous ces sons », explique l'équipe. Tous les vinyles sont par ailleurs en pré-commande sur le site de leur partenaire Diggers Factory.

Pour soutenir le projet (car celui-ci est financé par le public) et commander son exemplaire, rendez-vous ici !