Photo en Une : © DR

Cet article est également publié sur l’Electronic Music Factory, un vaste site d’information qui regroupe de très nombreux renseignements utiles aux professionnels des musiques électroniques.

Par Trax et Electronic Music Factory.

« Un label, c’est un peu shiva : il faut démultiplier ses bras », résume Francois Kraft, cofondateur du label parisien Cracki Records. C’est surtout une affaire de passion, et d’équilibre. Il faut savoir à la fois lâcher du lest vis-à-vis des artistes, tout en ayant une vision claire. Être spontané - mais pragmatique. Savoir faire preuve d’originalité, sans perdre la sincérité originelle du projet. « Il y a trois questions à se poser : où est-ce que je veux aller, pourquoi, et comment. Je pense qu’avec ça on peut monter un label », conclut Francois, arborant le sourire d’un ado devenu grand - comblé par le travail accompli. Trêve de rêveries : au boulot !

   À lire également
A voir : comment monter son festival en une vidéo de 3 minutes et quelques conseils de base

Cette vidéo est la deuxième d’une série destinée à tous ceux qui veulent faire de la musique leur métier. Comment monter son festival, et son label ? Comment faire connaître sa musique et comment en vivre ?... Les réponses à ces questions seront apportées par ceux qui se les posent au quotidien. Retrouvez ici la premiere vidéo, où Emmanuel Brochec, cofondateur du festival normand Hello Birds, revient sur la création de ce dernier. Ces vidéos sont proposées par Electronic Music Factory, plateforme imaginée par la Sacem et dédiée aux musiques électroniques, qui regroupe des informations pratiques et juridiques à destination des professionnels ou de ceux qui souhaitent le devenir.