Photo en Une : © DR


Vainqueur du «Best Big Event 2016» au Swiss Nightlife Award, le Polaris n’a pas fini de grandir. Repensé en profondeur, ce festival d’électro sur neige a décidé de changer de lieu, d’allonger ses horaires et de proposer un jour additionnel pour sa grande scène. Cette année, c’est le pionnier de la techno de Detroit, Jeff Mills, qui brisera la glace le jeudi 29 novembre à minuit tapante.

Il faudrait être de mauvaise foi pour accuser le Polaris d’avoir lésiné sur les grands noms : Ben UFO, Dixon, Tale of Us, Carl Craig, Nina KravizLaurent Garnier qui y avait livré une performance remarquée lors de la première édition fera cette fois-ci slalomer les ravers le dimanche à coup de kicks tranchants. Autre fait marquant, il sera possible d’y entendre un presque inédit DJ set de Massive Attack - rares sont ceux qui peuvent se targuer d’avoir assisté à ce genre d’événement.

   À lire également
En Suisse, la techno vient d'être inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO

Entre deux légendes de la scène électronique mondiale, le Polaris fait aussi la part belle aux pointures de la scène locale : l’envoûtante Sassy J qui fera fondre la glace dès le premier track par ses rythmiques chaloupées, Princess P et ses sets indie-house doux comme une écharpe préférée, la trippante Hatari, maîtresse des sons déstructurés et organiques ; entre autres habitués - Ngoc Lan, DJ Reas, Mirko Loko, Laolu et Ripperton - qui font partie de l’ADN du festival depuis ses débuts. Parmi les grandes innovations de cette quatrième édition, l’installation d’une scène au beau milieu des pistes de ski, sur le plateau des Esserts : horizon vertigineux et pics enneigés compris dans le package.

Si à 2 heures du matin la station ferme ses portes, il suffira d’un coup de téléphérique pour rejoindre l’Etoile ou le Farinet, les deux clubs qui assureront le OFF du festival, une aubaine pour les fêtards les plus téméraires, et pour les plus frileux. 

Le lien vers l'évènement est ici.