Photo en Une : © DR


La menace de la mort du papier plane depuis longtemps sur la presse écrite... Le magazine Groove, faute de modèle économique viable, a dû se rendre à l'évidence en annonçant la fin de son édition papier le 4 octobre dernier. En 2017, Heiko Hoffmann, le rédacteur en chef du magazine, restait pourtant optimiste face à la rédaction de Trax en affirmant que bien que « la crise de la presse [soit] un phénomène international (...) en Allemagne, j'ai lu qu'il n'y avait jamais eu autant de magazines papier ». Puis il rajoutait : « Notre base d'abonnés grossit régulièrement, même si la publicité est passée sur Internet ». Néanmoins, à la lecture de l'annonce, on apprend que cela faisait un bout de temps que des débats agitaient la rédaction sur les pertes que provoquait l'édition papier. Groove Magazin explique cet arrêt assez soudain par les « changements dans l'industrie de la musique avec le développement des services numériques », mais aussi par « l'environnement de plus en plus difficile en kiosque » et « l'envahissement des contenus journalistiques par des "publireportages" ».

La rédaction tempère tout de même cette annonce en indiquant que cela ne signe pas pour autant la fin des contenus de qualité, qui vont simplement migrer vers le web. Plusieurs rubriques, avant réservées à l'édition papier, comme les interviews, les portraits, les reportages, demeurent disponibles sous forme numérique. Même les plus originales, comme « Mein Plattenschrank » - à comprendre : mon armoire à disques - et « A DJ's DJ ». 

Groove Magazin, c'est une histoire qui a commencé en 1989. Thomas Koch, alors DJ sous l'alias DJ T, et futur fondateur de Get Physical Records, décide de monter un magazine à Francfort. Les débuts étaient assez modestes ; les rédacteurs s'appliquaient majoritairement à répertorier les dates live à ne pas manquer. Puis Nick Höppner rejoint la bande. Celui qui devient le responsable des chroniques du magazine pendant trois ans est notamment résident au Panorama Bar, installé dans la même ancienne centrale électrique qui abrite le Berghain. L'équipe s'agrandit, la rédaction s'installe à Berlin, en 2002... les journalistes se font alors les porte-voix de l'effervescence de la scène locale.

   À lire également
Chronique : Nick Höppner - Work

Depuis, de très beaux numéros sont sortis, comme celui d'octobre/novembre 2001, qui met en couverture Aphex Twin. Le rédacteur en chef, Heiko Hoffmann, confie à Trax être particulièrement fier de ce numéro, emblématique du magazine en général − l'interview complète d'Heiko Hoffman est à retrouver dans le hors-série des 20 ans de Trax. La rédaction de Groove peut se féliciter de nombreuses publications. Ce sont eux qui repèrent très tôt Flying Lotus et lui consacrent un grand nombre de feuillets pour la sortie de son deuxième album en 2008, Los Angeles. Ils accompagnent aussi avec un grand intérêt le mouvement electroclash, né à la fin des années 90 dans plusieurs épicentres des musiques électroniques, et notamment Berlin, en ouvrant leurs colonnes à une artiste comme Miss Kittin par exemple, et ce dès 2001.

Pour les germanophones, tous les anciens numéros de Groove sont à retrouver ici.