Photo en Une : © Jacob Khrist


Le festival tire sa réputation de la qualité de sa programmation, qui s'ouvre de plus en plus à des styles chauds et colorés après avoir fait la part belle à la tradition plus radicale et abrupte de Saint-Étienne, ancienne ville industrielle. Avant de lancer le festival, le collectif s'était déjà bien fait remarquer dans la ville grâce à ses nombreuses soirées. Trax s'est entretenu avec l'équipe de Positive Education, qui a dévoilé ses coups de coeur parmi la programmation.

Quel est l'artiste dont vous êtes particulièrement fiers de la venue, et pourquoi ?

On connaît déjà personnellement tout le line-up et on aime vraiment tous les artistes qui seront avec nous, mais on a un énorme coup de cœur pour Katzele et Asaf Samuel, boss de Malka Tuti. Leur label est vraiment excellent. Un vrai coup de frais pour nous. Et après les avoir vus au Monticule Festival cet été pendant 4h sur la main stage, on s'est dit qu'il fallait les inviter à notre tour pour revoir ça. Grosse dose de downtempo tribal en prévision sur le woodfloor.

Qu'est-ce qui rend leur musique si unique selon vous ?

Le côté lent, organique et trance de leur musique nous touche vraiment. Allez jeter une oreille sur Tapan ou Spectral Empire dans le catalogue Malka Tuti.

Quelle est votre histoire particulière avec ces artistes ?

On avait déjà invité Katzele sur l'édition 2017 de notre festival à Saint-Étienne qu'on avait adoré. Et on pense défendre les mêmes genres de musique.

Un de leurs tracks qui balaye le dancefloor ?

Tapan, « Europa ». Un track qu'on a déjà bien poncé en intro de set et qui a retourné plus d'un dancefloor !

Un de ses tracks qui vous hante personnellement ?

Die Orangen « Oodnadatta Rain ». Premier track qu’on a écouté de Malka Tuti il y a deux ans. On est instantanément tombés amoureux de ce label (et de Kris Baha, moitié de Die Orangen).

À retrouver également ce soir-là, le Lyonnais In Aeternam Vale en live, avec sa minimal wave ; mais aussi Katzele en b2b avec Asaf Samuel ; le DJ David Vunk, qui sait manier différents genres, que ce soit la disco, la house, la techno, la pop... Et certains membres du collectif Positive Education comme Les fils de Jacob et leur techno machinique syncopée ainsi que Jacques Sartre.

Le samedimanche accueillera également de grands noms comme Ben Klock, Overmono qui est le duo composé de Truss et Tessela, le DJ ukrainien Stanislav Tolkachev, la DJ turque Zozofigure centrale de la scène club d'Istanbul ainsi que l'intellectuel de la musique électronique, Aubry, à l'origine des soirées parisiennes "Sale!" et de la mystérieuse résidence, Pardonnez-nous, au Club56.

Toutes les informations sont à retrouver ici.