Photo en Une : © DR


Richie Hawtin est un DJ, musicien et producteur canadien de techno, installé désormais à Berlin. Il figure parmi les artistes de musique électronique les plus importants au monde, fort d'une carrière de plus de 25 ans. Actif sur la scène techno et acid-techno nord-américaine à ses débuts, il a évolué vers un style plus minimaliste et expérimental, privilégiant l'usage des technologies de pointe. Lors de sa rencontre avec le magazine australien spécialisé In The Mix, Richie Hawtin se souvient avoir eu l'idée de son show en 2009, sur l'île-continent, alors qu'il se rendait au Future Music Festival : « Je regardais les performances de musique électronique avec des projections par LED et des visuels syncopés et je me suis dit "Mon Dieu, ça pourrait être fait tellement mieux" ». Lorsque l'on sait que le DJ a récemment collaboré avec Anish Kapoor, Raf Simons et Andreas Gursky - un photographe-, on comprend mieux qu'il ait une vision assez précise de la dimension visuelle d'un set électronique. Il développe toute une réflexion autour de la visibilité du DJ et de ce qui doit être mis en lumière, LED à l'appui. Pour CLOSE, il décide par exemple de placer les machines sur le côté. « J'ai passé la majeure partie de ma vie à moitié caché par une table. Le live CLOSE supprime la barrière entre artiste et public et j'ai l'impression d'être avec tout le monde à ce moment-là. C'est très puissant. Être enfermé dans ce nuage de fréquences qui donne l'impression de venir de demain et que vous vivez dans le futur. »

Innocemment, ces phrases-là renferment le noeud des liens passionnés qui unissent Richie Hawtin à la technologie : l'idée d'enfermement, celle de la relation aux autres... Dans un entretien accordé à Trax en 2016, il explique ses choix de carrière : « De mon côté, je me suis toujours posé la question suivante : « Comment puis-je utiliser la technologie pour mieux faire par moi-même ? ». Bien sûr, j'aime travailler avec les autres, des labels, etc. Les projets collaboratifs ne me posent aucun problème. Mais quand il s'agit de ma musique, je préfère faire les choses seul. » D'abord né en Angleterre, Richie Hawtin suit ses parents au Canada alors qu'il est encore très jeune. Ce déménagement marque le début d'une période de solitude pour l'adolescent qui va de manière très précoce s'intéresser aux machines qui l'entourent. « Les ordinateurs m'ont permis de voyager, de découvrir des trucs, d'échanger. Ils m'ont donné la force et la possibilité de conceptualiser mes idées. D'une certaine manière, la technologie m'a aidé à créer mon propre monde. (...) Cette utilisation de la technologie, puis ce contrôle, m'ont finalement permis de me connecter aux autres, de les toucher, tout en étant seul et déconnecté. »

   À lire également
Richie Hawtin : "Cette histoire d'enceinte, c'est assez difficile à expliquer"

Plusieurs années après ses premiers albums et une multitude d'expérimentations, sous divers alias comme Plastikman (et son légendaire album acid Consumed), ou bien F.U.S.E, Richie Hawtin cesse d'apprivoiser les machines pour en créer. Il a notamment élaboré sa propre table de mixage, la Model 1, et un contrôleur personnalisé, deux outils calibrés pour sa manière de composer et de jouer en live. La Model 1 a surpris, en raison de son retour à un modèle analogique, alors que Richie Hawtin avait conçu depuis plusieurs années un système d'optimisation digitale. Pour lui, il s'agit de « remettre la créativité au coeur du processus » avec une machine plus intuitive qui privilégie avant tout la « qualité du son ». Au lieu de jouer avec les basses, les médiums et les aigus, le Model 1 propose de choisir la fréquence à partir de laquelle on désire filtrer (sur 7 octaves). Idéal pour couper le son d'une grosse caisse, tout en laissant de l'espace à la ligne de basse, par exemple. Cette innovation est la promesse d'une manière de mixer inédite, en choisissant les fréquences les plus intéressantes à moduler selon les tracks. « La musique électronique est si complexe. Tu as des milliers de possibilités. Par exemple, je vais trouver telle machine numérique et telle machine analogique. Et c'est leur association qui va devenir mon instrument. »

Une toute nouvelle machine, une scénographie pléthorique d'effets... le show CLOSE pousse l'art du DJing très loin. Ce dépassement perpétuel n'est pas étonnant de la part de quelqu'un pour qui la techno a toujours représenté un idéal quasi-métaphysique, « cette idée du futur que tu ne peux jamais atteindre ».

Les informations et la billetterie du concert sont à retrouver ici.