Photo en Une : © AKG images


Elle avait déjà organisé une grande table ronde sur le sujet en 2016. Mais cette année la SACEM, qui aura par ailleurs son propre char à la Techno Parade ce samedi 22 septembre, accompagne ainsi le mouvement de regain d'intérêt pour la culture électronique de la part des institutions. Claire Giraudin, responsable du musée numérique, confie que le projet représente « une ambition de longue date », avec pour ambition de « remonter à la genèse de la musique électronique ».

Le découpage en chapitres mime le parcours par salle des expositions traditionnelles. De la musique concrète aux années 80, dans un format « relativement court mais assez complet », ponctué par des podcasts, qui marieront témoignage d'artistes à ceux du public. « C'est ce qui est intéressant avec ce musée. Malgré le fait qu'il soit sur Internet, il s'en dégage une certaine proximité », ajoute Claire Giraudin. Les archives papier représentent quant à elles « d'émouvantes découvertes » : une photo de Jean-Michel Jarre enfant, une signature au coin d'un des premiers disques du pionnier de la musique concrète Pierre Henry, une partition manuscrite de Kraftwerk... Mais surtout, au fur et à mesure que cette exposition virtuelle se développera  l'intégralité du contenu n'a pas encore été mis en ligne  des maquettes inédites de morceaux emblématiques seront également mises à disposition. Peut-être l'occasion de revivre les prémisses de "Autobahn" ?

   A lire également
Un nouveau site rassemble toutes les infos utiles des musiques électroniques en France

L'exposition, à retrouver sur le site de la SACEM, a été conçue en collaboration avec Jean-Yves Leloup, spécialiste des musiques électroniques et commissaire de la prochaine exposition de la Philharmonie de Paris, « Rêve électro ».