Photo en Une : © Jacob Khrist


Depuis sa création en 2005 par Fanny Bouyagui, le collectif Art Point M, ainsi qu'un de ses projets phares, le NAME Festival, ont rassemblé depuis 13 ans maintenant, plus de 350 000 personnes et plus de 500 artistes. Et cette année pour la deuxième fois, Roubaix, Lille, Amiens et Saint-Omer accueilleront autant de têtes d'affiches techno que d'étoiles montantes. 

Le 5 et 7 octobre, La Condition Publique sera le théâtre d'un déluge de sonorités produites par le live de Stephan Bodzin, auteur d'une techno minimaliste aux accents trance. Celui d'Agoria, plus mélodieux, langoureux, contrastera avec les sets techno de la marraine du festival depuis 14 ans Ellen Allien et Marcel Dettmann dans deux salles distinctes. Le mythique français (et partenaire de Miss Kittin) The Hacker, en B2B avec le petit prodige Job Jobse (pour la première fois au festival), et le résident lillois du Magazine Club David Asko viendront compléter le line-up de la principale soirée du NAME.

Les autres lieux emblématiques de Lille ne seront pas en reste. La Gare Saint-Sauveur, investie par le NAME BY DAY qui a convié Mathias Schober, Speaking Minds et Anthony Georges Patrice (entre autres); et le Grand-Sud (le samedi 6 octobre), réputé pour son ambiance plus intimiste, verra les live de Paula Temple et Agents Of Time partager la scène avec les locaux.

   À lire également
NAME Festival : toutes les stars de la techno seront dans le nord cet automne

Des nuits donc, mais aussi des conférences, des masterclass dédiées au métier de musicien électronique. Une ACADEMY, accueille pendant 4 jours 500 scolaires, pour apprendre la musique et s'amuser avec. Pour les plus grands, ce sera au Palais des Beaux Arts de Lille avec Scan X pour une masterclass Ableton.

Nouveauté 2018, c'est au phénomène des webradios que s'attaque le festival, en partenariat avec la station lilloise Comala Radio, les 4, 5 et 6 octobre à Lille, et trois véritables émissions en direct à la Gare Saint Sauveur. De quoi faire éclore la future NTS Radio locale ?

Le NAME en 2018, après Nantes, sera aussi à Amiens, le 21 septembre, avec le Lillois Wildcake, et les Anglais/Amienois Toilet Disco et Verlatour. Percussions et synthés en live sont à attendre lors de ces premières hostilités, qui se déplaceront à Saint-Omer un mois après, le 20 et 21 octobre. C'est cette fois The Drifter qui accueillera les mélomanes du coin, entre dance music hypnotique et house funky, accompagné de Locked Groove et Eagles and Butterflies.

Implanté dans une région toute entière, le NAME Festival a la volonté non seulement de se placer comme un événement de choix sur la scène électronique, mais aussi sur la transmission des valeurs, et des codes de celle-ci. Il fera aussi une escale au Rex Club à Paris, le 22.

Plus d'informations sur l'événement Facebook, ou le site du festival.