Photo en Une : © D.R

Sacha Baron Cohen, l'illustre humoriste britannique - s'il est encore utile de le décrire tant ses films satiriques acides (Borat, The Dictator) ont arraché rires et larmes - est de retour depuis le 15 juillet avec une nouvelle série, « Who is America ». À travers sept épisodes, il explore l'Amérique (très) profonde, piège, « trolle » des personnages emblématiques d'une société sur le déclin, que ce soit des politiques ou bien de simples personnes.

Au cours d'un épisode en particulier, c'est au tour de la musique électronique, plus précisément l'EDM (Electronic Dance Music) d'en prendre pour son grade. On peut y apercevoir Jake Inphamous, ancien détenu qui conçoit sa carrière musicale comme un second départ, faire écouter à un Baron Cohen magnifiquement déguisé sa production phare. Loin d'une mélodieuse mélopée, le titre est amoncellement de kicks brutaux, entrecoupés de bruits de vomissements, de coups de couteaux, et de rien de moins que ceux d'une sodomie.

La suite n'en est que plus belle. Sacha Baron Cohen, dans le rôle d'un promoteur, lui propose de venir jouer ce « tube » dans un club. On y voit alors l'une des plus belles incarnations de psychologie des foules. Alors que Jake Inphamous exhorte le public avec un délicieux « si vous pensez qu'on devrait arrêter de blâmer les meurtriers, dites Yeah », il reçoit une ovation qui a de quoi déstabiliser.

Le même sentiment de gêne survient lorsque la musique part. Les participants, comme hypnotisés, se déhanchent au son de rots, de cris d'attaque à main armée, et n'auront qu'un bref instant d'hésitation en entendant l'accouplement. Le seul beat monotone suffit à captiver l'audience qui danse dans une ambiance moutonnière.

Industrie musicale tournée vers le profit au détriment de la qualité, effets de masse, Sacha Baron Cohen frappe encore une fois là où ça fait mal. Oui, ça fait mal, mais cela vaut le coup d'oeil.

À noter que la musique utilisée est l'oeuvre (parodique) d'un véritable producteur, Hudson Mohawke. Il est notamment connu pour avoir produit un morceau pour David Lynch, dans la dernière saison de Twin Peaks. Il a aussi entièrement réalisé  la bande originale du jeu vidéo Watch Dogs 2, produit par Ubisoft.