Photo en Une : © Romain Cieutat


Contenu partenaire.

Co-fondateur du label parisien D.KO Records aux côtés de Flabaire ou encore Mad Rey, il est pour ainsi dire, figure de la nouvelle scène house française. Son blase, qui signifie « moi » en argot parisien, reflète une personnalité décalée mais solide. Voyage dans les lieux qui l’animent.


Si Mézigue ne se déplace qu’en ascenseur ou baskets lumières, il flâne ici à pieds dans Paris, évitant les grands rendez-vous. Celui que l’on nomme « le DJ masqué » préfère les ruelles gorgées d’une belle architecture, véritable espace d’écoute et d’inspiration. Son seul date quotidien est chez Betino’s Record Shop. Situé dans le 11e arrondissement, cela fait 20 ans que le disquaire rafraîchit ses bacs d’hip-hop, funk, soul et disco. Mézigue y assouvit sa soif de bons skeuds. Le genre de DJ qui voulait devenir président joue autant qu’il produit, dans les locaux de Villette 45, référence à leur quartier de résidence. Au sein de cette radio libre indépendante équipée de studios, il peut composer du « son pour les gars sûrs ». Il se plaît également à mixer hors des clubs, dans de beaux bâtiments comme à la Rotonde où il a joué pour le Club Trax en février dernier. Il y retrouve le mixologue Monsieur Moustache, qui élabore un un cocktail à l’image du DJ, créé à base de vodka Eristoff.

Pour le plaisir des esgourdes, le glass soundtrack qui illustre la séquence a été créé avec les sons d’ustensiles de bar, et notamment des verres édition limitée Eristoff. Ce morceau a été produit par Roscius, autre figure émergente. Son portrait est à retrouver ici.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.