Photo en Une : © DR


Comme chaque année depuis 4 ans, le DGTL Barcelona s'annonce comme un rendez-vous électronique de grande ampleur. Adriatique, DJ Tennis, Ben Klock, FJAAK, Apollonia, Solomun… Plus de 50 pointures de la techno défileront sur les 4 scènes plantées dans le Parc Del Fòrum. Mais la force de DGTL réside aussi dans ses scénographies et ses installations artistiques. Cette année encore, l’équipe néerlandaise compte bien surprendre son public catalan.

Dès l’entrée du festival, une première installation audiovisuelle plongera le spectateur dans l’ambiance DGTL. Fruit d’une collaboration entre les membres de l’équipe Boris Acket & Bob Roijen et l’artiste contemporain Nick Verstand, SKYLINE est une ligne de spots lumineux suspendue au-dessus du public sur 80 m de long. Activés par des stimuli sonores, les flashs livreront un show audiovisuel puissant.

 

La pièce principale, Cluster 2.0, sera une scénographie complètement immersive. Des installations lumineuses fixées sur les colonnes de béton d’un grand hangar, et synchronisées avec la musique, plongeront le spectateur dans un univers de son et de lumière. Épileptiques, s’abstenir !

   À lire également
Barcelone: 10 lieux phares de la fête électronique

Sensible aux questions environnementales, DGTL s’est donné pour mission de devenir le premier festival « zéro déchet » d’ici 2020. Pour cette édition à Barcelone, les organisateurs visent l’objectif « zéro déchet alimentaire » : tous les déchets organiques et biodégradables seront récupérés, transformés en compost, et redistribués aux fermiers locaux. Pour illustrer cette initiative, l'équipe a organisé en juin une grande opération de collecte de déchets sur les plages de Barcelone. 40 sacs de déchets plastique ont été récupérés et confiés à Collec, un studio de design catalan, qui en fera une grande sculpture exposée sur le festival.

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site du festival.