Photo en Une : © Nature One

Une des plus grandes fêtes d’Europe, avec près de 55 000 festivaliers attendus, aura donc lieu cet été dans la région du Rheinland-Pfalz en Allemagne. 350 DJ sets et live se dérouleront sur 23 scènes : 4 principales pouvant accueillir jusqu’à 10 000 personnes et 19 clubs d’une centaine de places.

Les plus gros noms de la techno, trance, house, goa ou encore drum’n’bass se succèderont sur les main stages. Nina Kravitz, Dax J, Boris Brejcha ou Len Faki se chargeront de la techno, pour ne citer qu'eux. Mais ce sont bien les 19 clubs qui font la particularité de ce festival. Des organisateurs, des labels et des exploitants de clubs venus d ́Allemagne, de Belgique, du Luxembourg, de Suisse et des Pays-Bas investiront, chacun, l'une de ces scènes intimistes disséminées sur la base de lancement de fusées qui accueille le Nature One.  

   À lire également
350 DJ's sur une ancienne base de missiles, ce festival Allemand est un monstre


Certains sont des habitués, comme la piste Gayphoria venue de Koblenz en Allemagne pour la vingtième fois. D’autres pistes accueillerons leurs premiers danseurs cette année. C’est notamment le cas de la piste Ragnarøk / Polygon / TKR et de sa techno berlinoise.

Coté techno justement, les Suisses de Club Borderline et d’Absolut Techno mettront à l’honneur la minimal avec notamment le Hongrois Droplex en tête d’affiche. Le plus vieux club underground de Belgique encore en activité, Decadance, s’alliera au collectif Wir Tanzen et défendra la techno sous toutes ses formes. Les amoureux d’acid, eux, se donneront rendez-vous dans le club présenté par le collectif Acid Wars et le Fusion Club.

Coté trance, la radio Allemande Heavensgate unira ses forces à celles des organisateurs de soirées Technoclub. Venus de la region de la Ruhr, Hexenhouse aura aussi son bunker dans lequel ils iront jusqu’à la psy et progressive trance. Pour une expérience plus brutale, la piste des Hollandais de Masters of Hardcore, parle d’elle-même, tout comme celle des Hardcore Gladiators.

Plus d’informations sur la page Facebook de l’événement et sur le site internet de Nature One.