Photo en Une : © DR


Dans l'immense parc Amsterdamse Bos, des milliers d'amateurs de musiques électroniques ont prévu de se retrouver du 1er au 5 août prochains pour une affiche musclée, de la drum and bass au krautrock. Insanlar, Four Tet, James Holden, Tangerine Dream, Goldie et DJ Randall, ou encore Helena Hauff et LSD (Function, Luke Slater et Steve Bicknell) se relaieront au Dekmantel cette année pour le programme diurne, que l'on annonçait dans un précédent article.

Sur l'autre partie de tableau, qui s'ouvre le 3 août à la tombée de la nuit, DVS1, Danny Daze et John Talabot ramèneront les curieux jusqu'au Shelter, l'un des clubs populaires de la ville, et au Radion, l'ancienne dentisterie devenue salle de musiques actuelles. Au-delà de ces trois têtes d'affiches, il y aura l'immense DâM-FunK, le producteur américain héritier du Kid de Minneapolis qui, comme Prince, porte la funk haut et fier jusqu'à produire une partie de l'album très chic de Christine and The Queens. Moins connu, mais avec une influence considérable, Intergalactif Gary, s'amuse entre italo-disco, synthétiseurs acidulés et électro répétitive depuis les années 80. Call Super et Joy Orbison, apporteront leur expérience des dancefloors enflammés, tout comme le Français Gilb'R, le boss du label Versatile à la carrière longue comme le bras. Plus jeune, mais déjà très en vue en seulement quelques années, le producteur américain Matrixxman est souvent désigné comme l'une des relèves de la techno. Or:la a aussi eu une fulgurante ascension en quelques années, jusqu'à devenir une valeur sûre entre break beat, afro-house et techno folklorique.

   À lire également

Dekmantel est peut-être l’un des meilleurs festivals au monde

Elle jouera aussi bien la journée — pour une performance audio-visuelle avec son amie l'artiste Sarah Szczesny — que lors des nocturnes, Lena Willikens est la comète que tout le monde a dans la lunette en 2018. Apparue aux yeux du monde vers 2014-2015, après un long travail d'expérimentation à toucher à tout, la DJ allemande vient de déménager à Amsterdam. De quoi la rapprocher de la maison Dekmantel, qui lui a confié la cinquième compilation Selektor (après Motor City Drum Ensemble, Young Marco, Joy Orbison et Marcel Dettmann). Sortie en avril dernier, l'album réunit quelques talentueux producteurs, comme Anatolian Weapons ou Borusiade, découverts par Lena Willikens. Cette dernière se promène à travers les différentes ville qui ont fait son parcours dans un documentaire de neuf minutes. Pour tenter d'expliquer le personnage, Phillip Jondo, Borusiade et Vladimir Ivkovic, son camarade du Salon des Amateurs de Düsseldorf y dépeignent une Lena Willikens qui « s'est dessiné un univers qui a toujours été intriguant ; toujours en restant honnête ».  

Plus d'informations sur la page Facebook de l'événement et sur le site internet de Dekmantel.