Photo en Une : © Jean-Christian Bonnici


Le temps d'un week-end, la cité phocéenne sera rythmée par les activités prévues par les organisateurs du festival avec les autorités locales. Toute une horde d’artistes talentueux viendra gonfler le programme du festival : Alonzo, Kekra, Kalash, Panda Dub, Stand High Patrol, Maceo Plex, Charlotte de Witte, Laurent Garnier, Ben Klock, Théo Muller et Rone. 

On ne présente plus Alonzo. Le natif de Marseille et ancien membre de Psy4 De La Rime, en est à son cinquième album 100%, sorti l'année dernière. Le trentenaire jouera pour Acontraluz, de même que Laurent Garnier. Celui qui aurait pu être son père demeure le porte-parole de la techno française, trente ans après ses premiers sets. Un symbole des multiples facettes d'une ville aux carrefour des cultures. 

L’énigmatique Kekra est aussi convié sur l'esplanade. Celui qui a fait beaucoup de bruit avec ses trois opus Vréel 1, 2 et 3 tout en restant discret médiatiquement, est doté d’un éclectisme dans ses productions. Entre grime, trap et UK garage, Kekra intrigue et affirme de plus en plus sa place sur la scène rap française.

   À lire également
Paris : Le rap dopé au UK garage de Kekra vient faire plier le dancefloor de Nuits Fauves

Panda Dub présentera leur nouveau show « Circle Live ». À ses côtés, le soundsystem Stand High Patrol et son autoproclamé « dubabub ». Naviguant entre hip-hop, bass music et reggae digital, ses productions sont habillées par la voix — très reconnaissable — de Pupajim. L'année dernière déjà, Stand High Patrol avait sorti un troisième album, The Shift, en hommage au hip-hop des années 90.

Le festival marseillais fait aussi la part belle au format DJ set. L'Américain Maceo Plex, à l’origine du tube de l'année 2011 « Vibe Your Love », le parrain du Berghain Ben Klock, ou encore la jeune star de la techno Charlotte de Witte seront présents en tête de l'affiche. Le co-fondateur du collectif Midi Deux, Théo Muller jouera un set résolument techno comme lors des soirées Dada Temple qu'il organise sur Paris. Celui qui est également DJ résident et curateur à La Chaufferie de La Machine du Moulin Rouge sortira son prochain EP sur Concrete Music. Rone, lui, proposera une promenade dans son univers électronique peuplé de ses Créatures et couvert par la voix de l'écrivain Alain Damasio. Des DJ's et producteurs locaux seront également présents : Judaah, Donarra et un b2b entre Shlagga du Métaphore Collectif, qui a récemment fait un podcast pour Trax.

En marge du festival, la ville de Marseille sera recouverte d'un ornement spécial pour l'occasion. Bar à chignons, tatoueurs, barbiers... Les artisans auront leur mot à dire. Le Caravansérail, lieu historique de rencontres des pèlerins et des marchands d’Orient, sera le chill-out du festival, mit sur pieds par le collectif Laissez-passer. Avec du mobilier maritime recyclé, l'espace est aussi surprenant que cosy. Mais ce ne sont pas les seuls à prêter leur créativité à ce rassemblement culturel : tous les pavillons du village du festival seront décorés par différents architectes, designers et artistes locaux, toujours dans une logique éco-responsable en collaboration avec le Mucem. Et comme si cela ne suffisait pas, tout un jeu de lumières sera mis en oeuvre au gré des passages des différents artistes. Lors du passage de Panda Dub, des cercles lumineux offriront une complémentarité entre sonorités et images. Acontraluz met en éveil tous les sens.

Plus d’informations sur le site du festival et sur la page Facebook de l'événement.