Photo en Une : @ Christopher Cushman - DR


Depuis les années 50, et surtout le passage aux années 2000, la ville de Détroit n'a cessé de perdre de sa population, abandonnant de larges franges urbaines à la poussière. Dans ces quartiers, c'est toute la vie underground des années 80-90 qui disparaît. Pourtant, cette ville que l'on a appelée la « Motor City » pour sa production automobile a vu naître les premiers courant de la house et de la techno. On connaît l'histoire. Mais comment raconter cette histoire si tous ceux qui l'ont faite en sont partis ? En mai dernier, c'est le plus ancien disquaire de Détroit, Simpson's Records, qui fermait ses portes. 

Depuis 2012, les membres de l'association DSC bataillent pour soutenir l’héritage de leur ville, en promouvant son patrimoine musical et en veillant au respect des droits de copyrights des artistes qui en sont issus. Au-delà des difficultés économiques que la ville connaît depuis la fin du siècle, l'association précise que l'hécatombe urbain touche particulièrement les mouvements queer et afro-américains : « Comme trop d'espaces queer, le club Heaven a disparu. En fait, c'est 75% des bars gays que Détroit a perdu » précise l'association, qui prend le temps de « raconter les histoires qu'on entend très peu en dehors de notre voisinage et de notre communauté »

   À lire également
D’où vient la techno de Détroit : 1975-1982, les racines dancefloor de la Motor City

Derrière ce projet, Derrick May — ancien membre d'Underground Resistance — et Kevin Saunderson, deux des pionniers de cette scène, ont offert à DSC ce qu'il reste du système-son de Heaven l’année dernière. Celui-ci prenait la poussière depuis vingt ans dans un sous-sol de la ville. Les fonds qui seront récoltés à l'issue de cette campagne de financement participatif seront dédiés à retrouver l’ensemble des composants nécessaires à sa restauration par l'équipe de spécialistes d'Audio Rescue Team.

À l'heure où cet article est rédigé, le projet a déjà recueilli 14% de la somme souhaitée. Il reste une trentaine de jours pour atteindre l'objectif. De quoi espérer pouvoir écouter à nouveau ses sonorités perdues d'ici l'année prochaine dans la principale ville de l'état du Michigan.

Plus d'informations du financement participatif sur la page Kickstarter et sur la page Facebook de l'association.