Photo en Une : © DR


Avec un manque d’intérêt de nouveautés musicales, l’arrivée du « syndrome » en France se situerait aux alentours des 27 ans et 3 mois, âge à partir duquel, 65% des 1 000 personnes interrogées se sentiraient comme « bloquées » dans un style musical prédéfini.

   À lire également
YouTube va lancer sa propre plateforme de streaming musical en France

Les Français s’expliquent : 41% d’entre eux ne s’estiment pas assez curieux pour consacrer du temps à la découverte de nouvelles sonorités… En revanche, un quart d’entre eux se justifie d’un emploi trop prenant avec la routine familière métro-boulot-dodo qui ne laisserait plus aucune place à l’exploration de nouvelles contrées musicales. Toujours parmi ces mêmes Français, 18% se sentent noyés dans un océan de nouveautés qu’ils n’arrivent plus à traiter, avec des milliers de sorties si on se circonscrit uniquement à la musique électronique.

Heureusement, nos chers voisins restent de bonne volonté, avec plus de la moitié d’entre eux qui affirment bien vouloir sortir de leur zone de confort auditive. Encore mieux, 4 sur 10 d’entre eux ont même décidé de consacrer dorénavant plus de temps au délicieux exercice d'initiation aux musiques inconnues.

   À lire également
Spotify est désormais capable de mixer de la drum'n'bass comme un DJ

Cette enquête montre cependant le penchant particulièrement français au cloisonnement musical. Quel dommage, lorsqu’on apprend que nos voisins germanophones sont, eux, atteints du même syndrome à partir de 31 ans et que nos voisins anglo-saxons le sont également à partir de 30 ans et 6 mois, toujours selon la même étude.