Photo en Une : © L'Orange Bleue


Organisée mardi 26 juin par les collectifs locaux Aides Rennes, Baracanna, et l'Orange Bleue, cette opération mettait en scène un « drogue store » promouvant l'encadrement de la distribution de produits psychoactifs, la prévention et la réduction des risques pour les usagers. 

Citée par Ouest France, la coordinatrice locale de l’Orange Bleue, Mylène Guillaume, tire à boulets rouges contre les « quarante, cinquante ans de répression derrière nous » sans que les courbes de consommation n’aient diminué. L’association, qui agit pour la prévention et la réduction des risques dans les festivals, veut « interpeller les gens sur la révision de la loi de 1970, parce qu’aujourd’hui l’usager est un délinquant ».

La loi du 31 décembre 1970 fixe, en effet, un régime d’interdiction de l’usage, sans différenciation selon le produit. Ce cadre législatif n'a pas été modifié depuis lors : le délit d’usage est passible d'un an d'emprisonnement et de 3 750€ d’amende. Et la responsable de cette simulation à Rennes s'indigne que « les consommateurs paient extrêmement cher le fait d’avoir été jeunes »« L’idée est de réfléchir à un autre système qui, plutôt que de condamner les usagers, les aiderait », ajoute Mylène Guillaume. Système qui interviendrait à la fois pendant la consommation, et sur le long-terme en les orientant vers des structures d'aides sociales et médicales.

   À lire également
En Australie, il est désormais possible de tester la pureté d'un cachet d'ecstasy en festival

Sur place : un comptoir avec un système de contrôle de la qualité des produits, un ensemble de matériels de consommation pour éviter les transmissions de maladies, et la possibilité de faire des dépistages. En plus des tracts de prévention, des bénévoles étaient présents pour accompagner les usagers, les éduquer (à l'injection par exemple) et leur proposer des orientations vers des centres de soins pour ceux qui souhaiteraient arrêter. « Il faut un cadre légal au lieu de laisser nos jeunes livrés aux dealers, au marché noir, à des produits qui ne sont pas contrôlés », expliquait encore Mylène Guillaume à Libération.

Dans le cadre de la campagne mondiale « Support. Don't Punish. », cette journée se voulait militante alors que le débat sur la prévention des risques bat son plein en France comme à l'étranger. La semaine dernière, c'est le Canada qui passait le pas, en devant le second pays du monde à légaliser le cannabis. En attendant que les pouvoirs publics ne réagissent sur le sujet, l'association l'Orange Bleue sera présente sur les principaux festivals de Bretagne cet été sous leur tente dédiée à la prévention.

   À lire également
Le Canada devient le deuxième pays à légaliser totalement le cannabis