Devant la place massive que prennent les blockbusters à l'affiche aujourd'hui, le Champs-Élysées Film Festival prouve plus que jamais sa volonté de faire découvrir au public français la richesse de son cinéma indépendant. « Devenir, pour le public, un révélateur de talents du cinéma indépendant français et américain : tel est le mot d’ordre de cette septième édition placée sous le signe du changement, de l’exigence et de l’affirmation de l’identité du festival », nous précise Sophie Dulac, présidente du festival. La manifestation donnera alors lieu à une compétition entre 12 longs-métrages et 19 courts-métrages français et américains, pour trois prix à la clé : prix du jury, prix du public et prix France Télévisions, remis lors de la cérémonie de clôture. Avants-premières, masterclass et la découverte de la nouvelle série The Eyeslicer sont également au programme. « Le festival doit être pour le public un lieu de rencontres et de découvertes autour de la production artistique indépendante, qu’elle soit cinématographique ou musicale. Les lignes directrices de la programmation des showcases de cette 7e édition sont l’exigence et la mise en avant de la scène parisienne en faisant directement écho à notre engagement pour l’indépendance. »

Chaque soir, des showcases et DJ sets attendront les festivaliers avec une vue imprenable sur Paris depuis l'Immeuble Publicis, situé sur les Champs. Au programme: soirée d'ouverture à la Maison du Danemark aux côtés du groupe punk FAIRE le mardi 12 juin. Le mercredi 13, direction le 7e étage du 133 avenue des Champs-Élysées où l'invité d'honneur et réalisateur américain John Cameron Mitchell troquera ses bobines pour des platines lors d'un DJ set inédit accompagné du Parisien Karl Planck dans un style house tonique. Le jeudi 14 juin, les rockeurs Radio Elvis laisseront ensuite la place aux talentueuses membres de Piège à Garçon, duo de la capitale plus orienté disco. Vendredi 15, place aux rafraîchissantes Aloïse Sauvage et Vendredi sur Mer qui seront suivi le samedi 16 des poésies mélancoliques de Tim Dup et Raphaële Lannadère. Dimanche 17, le duo d'electro pop Pépite plongera les festivaliers dans un instant mélancolie, comme l'illustre bien leur premier EP Les bateaux sorti il y a plus d'un an. Le closing sera orchestré par le grand Arnaud Rebotini, que tout relie au cinéma désormais depuis sa victoire aux Césars, au Elyséum en compagnie de la révélation French 79

Pour plus d'informations et un accès à la billetterie, rendez-vous sur la page de l'évènement Facebook ou le site du festival