Photo en Une : © Sarah Bastin


Cette longue enquête retrace l’histoire de l’entreprise familiale MPO, qui s’est imposée depuis la fin des années 50 comme l’une des premières productrices de disques vinyle, de cassettes et de CD's. Après avoir traversé des périodes fastes, l’usine aura dû se confronter à différentes crises qui l'auront affaiblie, sans jamais la faire sombrer. L’avènement du CD dans les années 80 puis l’arrivée de l’ADSL et du haut débit en 2005 avaient considérablement réduit l’intérêt du public pour le vinyle, mais contrairement aux producteurs et maisons de disques qui débranchèrent leurs presses, MPO est l'une des rares usines qui continuera à alimenter les labels indépendants.

L'entreprise avait reniflé le retour en force du vinyle en 2012, intérêt plus suscité par le support matériel lui-même que par le son qu’il diffuse. Cet engouement est même aujourd’hui difficile à gérer, et si MPO avait du mal à entretenir ses presses, elle peine aujourd’hui à tenir la cadence des nombreuses commandes. La presse produit aujourd’hui environ 60 000 vinyles par jour, pour près de 1,5 millions d'exemplaires par mois.

   À lire également
Il est désormais possible de graver sa musique sur vinyle directement dans son salon

 

Cette enquête, illustrée par de nombreuses photos exclusives, invite le lecteur à l’intérieur de l’usine pour y découvrir le décor et le visage des ouvriers qui y travaillent. Elle donne la parole aux différents acteurs de ce milieu, dont le savoir-faire et la passion ont permis à la boîte de se maintenir sur le marché.

L’article est disponible en intégralité sur le site de Red Bull Music.