Photo en Une : © Voltage Festival


Pour sa 4ème édition, l'évènement investit le Transfo Zwevegem, une ancienne centrale électrique abandonnée. Construite en 1911, l'atmosphère de ce lieu nous renvoie à son époque industrielle et s'associe parfaitement à la sélection musicale – techno, indus et acid – du Voltage Festival. Atmosphère permettant notamment un jeu de scénographie unique et étonnant autour de deux scènes appelées Turbine et Anode, don't l'une littéralement au cœur de la centrale électrique. L'ambiance se veut « à la berlinoise », avec des murs en béton et un (très) haut plafond. A l'extérieur, la deuxième scène est placée sous haute tension, pour un décor atypique parsemé de câbles et transformateurs électriques !

Côté programmation, les artistes sont choisis dans une logique underground, faisant du Voltage une niche du paysage techno. Pour se faire, l'équipe du Voltage est allé puisé dans le national et l'international, avec des DJ's pointus.es comme le mystérieux technoïde allemand Ancient Methods, qui sera en b2b avec le Londonien basé à Berlin Tommy Four Seven, mais aussi comme le duo Boston 168 originaire de Turin, ou encore le néerlandais Keith Carnal – connu pour ses mélodies groovy à la signature très « techno dance ». Le Voltage Festival défend également sa scène nationale, avec des figures de l'underground belge comme Linear Straight – loin d'être nouveau sur la scène techno et EBM – qui sait se faire entendre à travers ses grooves deep et ses basslines profondes. Prometteurs et repérés parmi les nouveaux talents de la scène belge, Phara, SP-X et Cellini viendront montrer que la génération à venir n'a rien à envier à la précédente. À ceux-là s'ajoutent des noms bien connus de la scène comme Chris Liebing, Perc & Ansome, Slam ainsi que le live de 999999999.

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site du Voltage Festival.