Photo en Une : Stephan Bodzin – Insane Festival © Maxime Guy


Pour sa quatrième édition, l'Insane Festival fera son retour cet été dans le pays vauclusien, loin du Parc des Expositions de Toulouse qui avait accueilli la précédente. Les festivaliers sont conviés à venir planter leur tente et passer trois jours de festivités placées sous le signe du « non-sens ». Car le format promet d'être inédit : avec quatre scènes en open-air, 90 artistes et de la musique électronique jouée de 12h à 6h du matin, l'Insane s'affirme au milieu du paysage culturel sudiste ; pas de surprise donc lorsque, en 2015, l'équipe de production Pléiade voit son dur labeur récompensé aux Festivals Awards dans la catégorie "Meilleur nouveau festival"Le festival revendique ainsi sa folie et fait de cette phrase de Nietzsche leur maxime : « Et ceux qui dansaient furent considérés comme fous par ceux qui ne pouvaient entendre la musique ».

L'ambiance sera donc très festive, et on ne doute pas de la température, à l'image du bouillant Stephan Bodzin, déjà passé par la case Insane l'année dernière et toujours prêt à en découdre avec la foule sur son éternel Moog. Et pour aller se balader du côté des limbes de la techno puissante, on ira faire un tour devant I Hate Models, souvent remarqué pour ses productions mariant amour et violence et sa mélancolie puissante. La DJ star de la techno ukrainienne en vogue Nastia sera également à l'affiche, qu'elle partage avec le vétéran Chris Liberator, figure de l'éclosion du mouvement rave dans le Londres des années 90. Et pour le closing, un show électrique et rayonnant sera concocté par la main délicate du club barcelonais elrow, spécialiste de l'extravagance.

Côté bass et trance music, on se rappellera notre jeunesse sur fond de didgeridoo avec Hilight Tribe pour un spectacle de musique et de danse transpirant. Le diable s'invitera sur la scène hardcore, en la personne de Angerfist, pionnier du gabber néerlandais, mais aussi du duo britannique et lunatique Eat Static, aux costumes loufoques, sans oublier le Russe The Satan – avec qui seuls.es les adeptes de la dure s'acoquineront... 

L'Insane, ce n'est pas que de la musique, mais aussi pléthore d'activités. Avec son camping installé en plein air, au bord du plan d'eau de la Riaille, les festivaliers resteront en pleine immersion pendant trois jours. Des zones de divertissement comme un laser game, des jeux d'eau, gonflables et du bubble bump seront mises à disposition du public ; contrario, des zones de détente proposeront yoga et massages. Sans oublier les food trucks.

Pour plus d'informations sur le programme et la billetterie, rendez-vous sur le site du Insane Festival.