Photo en Une : © Tadeo


Vingt secondes. C’est le peu de temps que Tadeo laisse à son intro avant d’envoyer directement la sauce et lâcher les kicks sur la foule à 130BPM — âmes sensibles s’abstenir. Immédiatement plongés dans un univers psychédélique, où les lignes de basses galopent entre les kicks et les riffs mélodieux s’enchaînent teintés d’acid et de vieux synthés, l’on ressent immédiatement l’effet astral de ce mix, qui correspond tout aussi bien à un Berghain sectaire qu’à une Concrete pleine, un samedi soir.


Cette ambience clubbing berlinoise, le Madrilène la connaît bien. Passé par l’endroit le plus impénétrable de la capitale allemande, Tadeo imposera aussi régulièrement ses sets du côté du Tresor. Un univers dont il raffole, en traduisent notamment ses productions sur le label belge Token de Kr!z– son EP The Pit sortait en janvier 2017, avant la compilation Momentum en décembre dernier –, qui compte aussi dans ses rangs des artistes comme Rødhåd, Ancient Methods et Karenn (entre autres). Généralement accompagné sur scène de sa meilleure amie, la TR-909, c’est sur trois platines et la célèbre boîte à rythmes de Roland que le DJ démontre l’étendu de son talent lors de sets hybrides toujours plus galactiques. Une dextérité parfaitement illustrée dans ces deux heures et demie exclusives de mix intemporel.

Et pour ceux qui voudraient voir cela de leurs propres yeux, on se retrouve du côté du 142 rue Montmartre, le samedi 31 mars, pour une soirée de plénitude curatée par les confrères de PWFM. Le booth sera également confié à Terdjman, EKLPX ainsi que Koddi, pour une soirée bien sombre et cosmique. Frissons garantis.