Photo en Une : © Andreas Torstensson

Ne demandez pas le programme : le festival Intonal n'est pas de ceux qui se parcourent avec une idée précise des artistes que l'on ira y voir.  Après tout, qu'a-t-on vraiment à savoir d'Andreas Tilliander et de son alias ambient Mokira, lui qui présentera le dimanche un live improvisé de six heures, destiné à plonger l'auditoire dans un état de rêve éveillé ? La performance se suffit à elle-même, s'appréhende sans préparation... Sauf peut-être celle d'assister, juste avant, au concert de Fenessz, dont le Endless Summer figure dans notre liste d'albums ambient d'anthologie.

Ces évènements se dérouleront pour la plupart au centre multidisciplinaire Inkonst, le QG d'Intonal depuis sa création, logé dans une ancienne fabrique de chocolat. Près de 40 artistes s'y succèderont sur le cours du festival. Des plus à l'aise sur le dancefloor Avalon Emerson, Aleksi Perälä, DJ Lag, Deena Abdelwaheed, Equiknoxx –, l'on passe à des propositions plus radicales et contemplatives. Le festival Mutek, auquel a été confié le plateau du vendredi, y présentera le nappes célestes de Sarah Davachi, la no wave scientifique des Japonais de GOAT, le noise d'Alexis Langevin-Tétrault, qu'il crée grâce à une "harpe" artisanale, mi-attrape-rêve, mi-cordage bondage... Ça aussi, ça se vit. Des pionniers, tel Arpanet (un alias de Gerald Donald, moitié de Drexciya) côtoieront d'énigmatiques inconnus, tel Börringe Kloster qui se produira en duo avec le joueur d'oud Imad Al Tamimi, au sujet desquels l'on ne trouve aucune information. Surprise.

   À lire également
En Tunisie, la DJ Deena Abdelwaheed bouleverse le paysage électronique du pays

Comme les années précédentes, Intonal organisera également plusieurs concerts dans des lieux insolites. Le mercredi 25, le château d'eau désaffecté du parc Pildammsparken accueillera une série de performances ambient. Le lendemain, l'immense minimaliste Charlemagne Palestine et Ellen Arkbro joueront sur le grand orgue de l'église Art nouveau de St Johannes. Des évènements gratuits qui attestent de la volonté du festival de s'ouvrir au plus grand nombre, malgré sa programmation confidentielle, sans artiste "accessible" pour faire le lien.

Intonal mise sur la promesse de live singuliers et parfois exclusifs – la révélation Pan Daijing, le duo entre drone et musique traditionnelle Group A et Deva présenteront leurs projets en première mondiale pour séduire son public. On s'y rendra les yeux fermés, les oreilles grandes ouvertes. 

Toutes les informations sont disponibles sur le site de l'évènement