Photo en Une : © Gwaël Desbont


Le festival Electropicales est un événement incontournable de la Réunion, qui a su organiser depuis 10 ans des éditions toujours plus pointues, où les artistes de l’océan Indien côtoient parfaitement les têtes d'affiche internationales. Leurs choix artistiques sont forts et assumés : il faut « penser tropical » et « raisonner local » en valorisant l'île de la Réunion en tant que territoire culturel et artistique foisonnant.

Du 2 au 5 mai, 40 artistes fêteront l'anniversaire d'un festival qui a toujours joué sur le métissage des cultures et des mixités sonores. La programmation de cette 10e édition revête à 50% les couleurs bleu-jaune-rouge de l'île Bourbon, avec notamment des artistes comme Solstice – révélation très groovy de l'année 2017, avec le duo Do Moon – qui « éclate les dancefloor à grands coups de house atypique et productions métissées », mais aussi avec Labelle – cet « alchimiste » qui conjugue les rythmes volcaniques des Mascareignes à la techno de Detroit. C’est d’ailleurs de la Motor City que la tête d’affiche Carl Craig débarquera, pour clôturer la fête avec un set techno qu'on attend transcendant et pointu.

Les Electropicales donnent également carte blanche au festival lyonnais Nuits Sonores, qui souhaitent se distinguer par une programmation « engagée, politique et loin du tout mercantilisme techno ambiant ». Pour la journée du vendredi 4 mai, c’est dans cette optique que des artistes locaux et internationaux sont programmés, comme Sama, DJ jordanienne adepte d'une techno dure et radicale et réel visage de l'underground palestinien, ou encore Bamao Yendé, patron du label et crew Boukan Records. La journée suivante, pour un samedi soir endiablé, c'est le label sud-africain Showcase GQOM Oh! (« tambour » ou « frapper » en dialecte zoulou) qui sera mis à l'honneur. Leur musique sera puissante et traditionnelle, inscrite dans les mœurs urbaines de la musique venue tout droit des townships de Durban du début des années 2010, avec Citizen Boy et Griffit Vibo aux commandes. Une résidence artistique est également offerte au Mexicain Cubenz du label InFiné Music et à BoogzBrown, qui travailleront en amont des Electropicales pendant 10 jours à la Cité des Arts et présenteront ensuite leur projet commun lors du festival.

Pour leurs dix ans, les Electropicales voient grand, en proposant 3 scénographies différentes. Des lieux étonnants, comme à la plage des Brisants, à l'extérieur de la Cité des Arts (avec une green room prévue vendredi soir), à l'intérieur de la Cité des Arts (dans le Fanal et la Palaxa) ou encore à l'ancien Hôtel de Ville pour l'ouverture du 2 mai. Plus encore, le festival propose une exposition qui retrace leur aventure originale, qui aurait débutée sur un stade de rugby en 2008. A travers des flyers, des affiches, des photographies et des enregistrements, c'est surtout l'histoire de la musique électronique à La Réunion qui sera retracée à l'Xpo Electropicales dans la salle du Banyan du 27 avril au 13 mai.

Vous l'aurez compris, les Electropicales ont tout prévu pour fêter leur 10e édition dans la joie, la culture et les musiques électroniquement tropicales et métissées. Pour plus d'informations sur ce joyeux anniversaire, rendez-vous sur le site du festival Electropicales.