Tout le monde connait les synthétiseurs Moog, mais nous sommes prêts à parier que vous prononciez ça « mougue » ; on l'admet, nous aussi. Depuis le début, ça se dit pourtant « mo-ogue » (en prononçant bien les deux "o", s'il vous plait), tel que l'on peut l'entendre de la bouche du présentateur de ces deux heures d'interview. Comme ce nom a une importance énorme, essayons de ne plus l’écorcher.

   A lire également
Moog lance un nouveau synthétiseur qui fait le pont entre modulaire et drum machine

Dans cette conversation avec la radio Pacifica de New York, le pionnier explique - en anglais - le fonctionnement de son synthétiseur, alors qu’il vient tout juste de créer le premier Minimoog en 1970. Il n’a pas conscience que son synthétiseur va devenir une référence dans le monde électronique, et le demeurer jusqu'à aujourd'hui. 

Le son n’est pas optimal, mais il permet d’évaluer l’approche quasi prophétique du créateur américain, qui en profite pour expliquer les rudiments de son synthétiseur.