Photo en Une : © D.R.

De retour à Paris après l'explosion de l'acid house et ses premières armes à l’Haçienda de Manchester, le jeune Garnier a été tour à tour résident à La Luna, au Palace... Mais surtout au tout aussi jeune Rex Club, où il invitera de 1992 à 1994 les grands noms de la techno américaine (Juan Atkins, Jeff Mills, Carl Craig) et les parangons de la scène française (Manu le Malin, DJ Deep, Daft Punk) aux soirées Wake Up.

A la même époque, il sort ses premiers EP sur Fnac Music Dance Division. Stéphane Dri alias Scan X compte aussi parmi les producteurs signés sur le label. Habitué des soirées Wake Up, il y joue près d'une fois par an et n'en loupe presque aucune sur le dancefloor. Lorsque Garnier reprend Fnac Music avec Eric Morand pour créer F Communications en 1994, Scan X devient l'un de ses plus proches collaborateurs. "C'était comme une petite famille, on bossait tous ensemble de manière informelle", se souvient Scan X. "Un jour, je paramétrais les machines avec Laurent, il voulait enregistrer un nouveau morceau. Il a passé toute la nuit dessus et le lendemain, il m'a fait écouter "Crispy Bacon"." Pour la tournée live de l'album Tales of a Kleptomaniac (2009), c'est lui qui règle les machines avec Garnier, alors accompagné de musiciens sur scène. En 2010, ils montent avec Benjamin Rippert la formation hybride L.B.S., où live et DJ set s'entremêlent. 

C'est une formule similaire que proposeront les deux artistes le 29 mars prochain. Scan X aux machines, Garnier aux platines, pour un back to back en synergie qui durera jusqu'à 7h du matin. Des retrouvailles à ne manquer sous aucun prétexte. "Ce sera une photographie des 30 dernières années, où les clubbers de 45 ans qui venaient aux soirées Wake Up croiseront la nouvelle génération. C'est un alignement de planètes", glisse Scan X avec enthousiasme. 

La billetterie ouvre le 1er mars à 16 h, avec des préventes à 20 € contre 25 € sur place. Les places risquent de partir très vite !