Photo en Une : © Tawfik Akachar

Le 3 mars, le rap s’immisce aux Nuits Fauves grâce à l’initiative du crew Katapult, détenteur du label Karat Records — sur lequel sont produits Ark, Akufen, KrikorChloé ou encore LoSoul. Ses fondateurs, Alex et Laetitia participent activement à l’évolution de la scène électronique parisienne — depuis la fin des années 90. En ce début d'année, c'est notamment eux qui invitaient Ricardo Villalobos au T7.

   "À lire également"
Disquaire, labels, fêtes cultes : Katapult, 20 ans à la pointe de la techno/house française

Cette fois, ils font monter le rappeur masqué Kekra, qu'ils « écoutent depuis 2 ans », sur le devant de la scène. Sa musique, un savant concentré de « rap, de UK garage et de grime » se prête parfaitement à l’ambiance que dégage le lieu des Nuits Fauves : « le côté brut, urbain, bétonné » accentuera l'univers de l’artiste, dont la côte ne cesse de monter dans le paysage rap français. Il a sorti en novembre dernier son sixième projet en deux ans : Vréel 3. Kekra y fait une remarquable démonstration de style, d'une singularité indéniable. Instrus de qualité, flow calibré, Kekra risque bien d’enflammer les Nuits Fauves le 3 mars prochain, en format concert — de 19h à 22h30. 

Pour se procurer des places, rendez-vous sur la page Facebook de l’évènement.