Photo en Une : © DGTL

Le line-up fait honneur à la réputation du festival international en invitant les valeurs sures Dixon, Ben Klock, Daniel Avery pour un b2b avec le Berlinois Rødhåd, Dax J et Len Faki. À côté de ce plateau résolument techno, des artistes plus confidentiel.le.s et éclectiques vont élargir les rangs et défendre leurs particularités comme l'Américaine miss Honey Dijon, le duo israélien Red Axes accompagné d'un chanteur, sans oublier Prins Thomas et Job Jobse, deux selectors particulièrement imprévisibles capables de passer du disco à l'acid en un saut de BPM.

La « revolucion » écologique

L'édition étant basée à São Paulo, des artistes locaux sont bien sûr attendus, tels Cashu, Luiz Pareto, Vermelho et Zopelar. Originaires de la métropole brésilienne, ils représenteront la plus grande ville d'Amérique du Sud pour cette seconde excursion latine du DGTL.

Le festival a aussi et surtout cette particularité d'avoir commencé à suivre une bien nommée « révolution écologique ». En effet, le programme DGTL Revolution a fixé comme objectif de parvenir à entièrement alimenter le festival grâce à de l'énergie verte. Des panneaux solaires seront installés, tandis que le recyclage du plastique, (suivie de près par une bien nommée « Trash Army »), les écocups et le bracelet cashless contribueront à la réduction des déchets. Plus insolite, mais drôlement malin : l'urine des festivaliers est réutilisée pour... Arroser la « Green house » où poussent des légumes et des herbes qui seront utilisées pendant le festival. Dans cette vibe, la nourriture proposée sera 100% végétarienne. 

Le fait que cette édition investisse une ancienne manufacture de livres est bien sûr une continuité (éco)logique dans cette volonté d'inscrire le festival dans les enjeux environnementaux, revitalisant un lieu en friche pour le revitaliser. Pour son engagement, le DGTL a reçu l'année dernière le prix DAM qui récompense les PME néerlandaises écologiquement responsables, viables et innovantes.

Toutes les informations sur le festival sont à retrouver sur sa page Facebook.