Photo en Une : © D.R.

Lauréat d’un Golden Globe en 2015 pour la bande originale de Une merveilleuse histoire du temps (2014), un biopic consacré au cosmologiste et physicien Stephen Hawking, Johannsson était l’un des compositeurs les plus acclamés à Hollywood durant la dernière décennie. Collaborateur phare du réalisateur Denis Villeneuve, il compose pour lui les BO de Prisoners, Sicario et du minimaliste blockbuster SF Premier Contact – son thème accompagnant la découverte du vaisseau spatial Heptapod B, non sans rappeler Philipp Glass ou Steve Reich, demeurera un grand frisson dans l’histoire du cinéma. Outre les chœurs, la trompette et le violoncelle, un enregistreur à bandes magnétiques et un synthétiseur modulaire complétaient sa palette sonore pour le film. Il travaille un temps sur la très anticipée B.O. de Blade Runner 2049, avant d’être remplacé par Hans Zimmer et Benjamin Wallfisch.

Au croisement du classique contemporain et de la musique électronique, Johannsson a construit son style autour du mélange de piano, instruments traditionnels et synthétiseurs, dès son premier album Englabörn sorti en 2001. En une mesure, il s’en allait de l’ambient et du glitch rejoindre les envolées de violons. En 2006, son album IBM 1401, A User’s Manual mêle les sons d’un ordinateur central de la firme américaine à d'amples mouvements d’orchestre. Ses disques étaient édités, notamment, sur les labels 4AD (Cocteau Twins, Dead Can Dance, Bauhaus) et Deutsche Grammophon. 

Proche de Max Richter (il inclut son morceau On the Nature of Daylight dans la BO de Premier Contact, ce qui la rendra inéligible aux Oscars) et de Ryuichi Sakamoto, le remix du titre Solari de ce dernier constitue l’une des dernières contributions de Johannsson, sur l’album Async Remodels sorti en décembre 2017.

Johannsson espérait que ses compositions « accessibles », telle le thème d’Une merveilleuse histoire du temps, serviraient de porte d’entrée à l’ensemble de son travail, dont ses albums solo plus intimes et mélancoliques. Deux facettes d’un corpus où les notes respiraient en silence, prenaient leur élan grandiose sur des dunes à l’orée de l’audible. Depuis l’annonce de son décès, de nombreux musiciens et artistes lui rendent hommage.