Photo en Une : © FineProd


Cette année encore, les collectifs rennais seront aux commandes du Made Festival. Ils s’occupent de promouvoir les valeurs et la diversité de la musique électronique locale, nationale mais également internationale. Pour ce faire, la programmation du festival oscille entre évènements nocturnes et diurnes, gratuits ou payants. Cette édition 2018 accueillera des artistes émergeants, mais surtout des musiciens à la notoriété reconnue. 

Le vendredi 19 mai, Rennes vibrera aux rythmes bruts et rapides de l'indomptable Jeff Mills. Toujours dans la branche techno, on retrouve également le Parisien DJ Steaw, qui produit sur le label suédois Local Talk et Traxx Underground. Durant cette même soirée, la rafraîchissante DJ ukrainienne Nastia – actuellement en pleine ascension –, produira un set oscillant entre techno et tech house. The Driver, alias techno de Manu Le Malin, vient compléter la programmation du vendredi soir. S3A – membre du label Popcorn Records et résident du Rex Club à Paris – produira un DJ set d’une house mélodique, ambitieuse et pointue. Viennent s’ajouter, dans la même thématique, le crew groovy de Franciliens La Mamie’s, ainsi que l’Allemand Henrik Schwarz, qui se produira en live. La liste d’artistes pour la soirée du vendredi se clôture avec Blutch – révélé lors des Trans Musicales 2014 de Rennes – et Jabba 2.3, résident du crew Made et DJ depuis plus d'une vingtaine d'années.

À l’occasion de la dernière soirée, le Made invite Daniel Avery, qui vient d'annoncer la sortie – le 6 avril prochain – de son nouvel album intitulé Song For Alpha. Nul doute que le DJ fera planer sur la nuit rennaise une ambiance obscure et mentale. A noter que le Britannique sera également curateur du NS Day #2 lors des Nuits Sonores de Lyon en mai. La Motor City sera représentée par l'une de ses figures emblématiques : l'excellent Derrick May, boss du label historique Transmat sur lequel se produiront les légendes Jeff Mills, Carl Craig, les frères d'Octave One ou encore Kevin Saunderson. Traumer, l'un des nombreux alias de Roman Poncet, se produira en live pour le plus grand plaisir des amateurs de techno virulente. Autres lives à ne pas manquer : celui de  Point G, fondateur du label éponyme et également producteur sur Popcorn Records, et Leo Pol, résident de Concrete et producteur sur le label du club parisien. Le duo montant Politics Of Dancing produira un set 100% house tandis que la Berlinoise Cinthie – résidente du Watergate et boss des labels Beste Modus et Unison Wax – vient compléter la programmation de la soirée. La liste se clôture avec T.O.M et Physical Behaviour, DJ's de la scène locale.

Les événements de jour donnent carte blanche à la scène locale avec des open air, des showcases, ou autres expositions. Ils propulsent des collectifs tels Texture, Kepler, Frangines & Co, Chevreuil, La Tangente, ÖND, Percept, Léonard Wanderlust sur le devant de la scène. Eux-mêmes ont promu l’art, la sérigraphie ou le graf' durant l’édition précédente. Le théâtre de ces évènements est encore inconnu à ce jour. On s'attend à assister à des open-air au sein de parcs ou autres lieux publics. Quelques bars ou salles de concert seront sûrement investis pour diverses représentations.

Pour davantage d’informations, rendez-vous sur le site du festival.