Photo en Une : © D.R.

Exit le vinyle. Cette année, ce sont les ventes de cassettes qui décollent. Les premiers chiffres de Nielsen Music consacrés à la consommation musicale aux États-Unis confirment cette recrudescence de la nostalgie du physique présente depuis quelques années ; si le streaming poursuit son ascension avec une croissance de 12,5%, il est encore trop tôt pour jeter tourne-disques et lecteurs-cassettes.

   À lire également 
Ce lecteur de cassettes ultraportables va réjouir les nostalgiques du Walkman.

En voilà une bonne nouvelle pour les aficionados du vintage. L’année marque un retour massif de la cassette dans l’industrie, avec une augmentation des ventes de 35% et plus de 170 000 exemplaires vendus. Nouveau record pour le support, mettant fin à une période creuse qui durait depuis 2012. Ce grand retour n’est pas une surprise : dès 2015, le fabricant américain de cassettes National Audio Company signalait un boom dans son chiffre d’affaires. L’année suivante, le Daily Mail publiait une tribune proclamant l’explosion des ventes de cassettes audio et leur grand come-back dans l’industrie. Sans oublier de mentionner de nombreux labels comme Paradisum, Tripalium, Cindys Tape ou Hylé Tapes, qui nous avaient déjà expliqués auparavant – à l'occasion du Disquaire Day de 2016 – leurs convictions quant à l'utilisation de la K7.

   À lire également
Le format cassette va-t-il renaître de ses cendres ?

Mais attention, vinyl is not dead pour autant. Les chiffres radieux des ventes de vinyles poursuivent leur envol : pour la douzième année consécutive, leur consommation continue de grimper en flèche avec une croissance de 9% et talonne les chiffres du CD. Le vinyle confirme donc sa place au top des ventes physiques avec 14,3 millions d’unités écoulées outre-Atlantique en 2017.