Photo en Une : © D.R.

C'est Bloomberg qui a dévoilé la nouvelle. Le mois de mars prochain devrait voir naître Remix (le nom du projet en interne), une initiative de Google pour améliorer sa position sur le marché des services payants de musique à la demande. Et le géant californien a des atouts à faire valoir, en prévoyant de regrouper YouTube Red, la version payante et sans publicité de sa plateforme vidéo, et son propre service de streaming musical, Google Play Music. L'un de ses arguments de vente serait de proposer également les clips des morceaux. Distancé jusqu’à aujourd’hui, il voudrait vite devenir le nouveau leader du marché de la musique, dont la croissance a repris depuis quelques années grâce au streaming payant. Warner Music Group, l’un des trois principaux labels mondiaux, aurait déjà donné un accord de principe. Des discussions sont aussi engagées avec Sony Music et Universal au sujet du renouvellement de leur accord de licence, qui arrive à terme. Ça urge.

Cette initiative intervient alors que le leader du marché, Spotify, devrait entrer en bourse début 2018 d’après Reuters. Il faut dire que l’entreprise suédoise, lancée en 2006, se targue d'avoir conquis 140 millions d’utilisateurs, dont près de la moitié s’acquittent de 10 € par mois pour avoir accès à ses dizaines de millions de morceaux. Ses revenus atteindraient les 5 milliards d’euros. Signe qu’elle ne compte pas se laisser rattraper, la compagnie évaluée à 13 milliards de dollars devrait embaucher 1 000 employés de plus pour travailler dans ses nouveaux locaux new-yorkais.

Concurrence féroce 

La hache de guerre n’est pas prête d’être enterrée entre les deux géants, qui pourraient s'apprêter à se livrer une lutte acharnée. YouTube, premier site de streaming dans le monde d’après Mashable, ne représenterait que 8% des recettes de l’industrie de la musique, et s'est vu reprocher de fausser la concurrence. L'autre grand concurrent dans ce domaine, Apple Music, a carrément été attaqué en justice en 2015 pour concurrence déloyale. En cause, la commission de 30% qu’appliquait la marque à la pomme sur tous les services de streaming téléchargés sur l’App Store, excepté sa propre plateforme. 

Reste à savoir si Google saura séduire les utilisateurs. Nos confrères de Frandroid se montrent pour le moins sceptiques, citant la tendance de la firme à multiplier les effets d'annonce pour des services pas toujours bien pensés, de Google+ à Google Buzz. Le succès de YouTube auprès des auditeurs reposant d'abord sur l'extrême profusion de vidéos/musiques, souvent uploadées de manière "pirate" et donc hors concurrence, le fait de fusionner avec le très carré Google Music et d'entrer dans une totale légalité sur l'hébergement de contenus pourrait paradoxalement signifier un appauvrissement de ces derniers.

En 2017, le streaming est devenu la principale façon de consommer de la musique, tandis que les ventes d’albums sont en chute libre : -13,9% entre 2016 et 2017. Tout l’inverse du marché des vinyles, pour lesquels le regain d’intérêt a poussé Underground Resistance, dévalisé, à publier des sorties sur Bandcamp.