Photo en Une : © Les tables de Gwada

Faisant parties des destinations touristiques les plus prisées au monde grâce à son climat tropical, ses eaux turquoises, et ses paysages paradisiaques, les Antilles françaises ont pendant longtemps été uniquement desservies par de grosses compagnies comme Air France ou Air Caraïbes. Avec cette nouvelle liaison opérée par Level, il devient désormais possible de rejoindre la Martinique et la Guadeloupe depuis Paris pour seulement 99 euros. Les deux îles ayant essuyé relativement peu de dégâts suite aux passage de l'ouragan Irma, contrairement à Saint-Barthélémy ou Saint-Martin, où certaines habitations sont toujours privées d'électricité, la saison touristique s'annonce bonne.

Fatigué par le tourisme-clubbing, où les week-ends passés à enchaîner soirées/afters/befores/soirées dans les capitales européennes vous font songer à prendre des vacances pour récupérer de vos vacances ? C'est l'occasion de (re)découvrir la culture antillaise, de ses nombreux délices culinaires (acras de morue, colombo de poulet, crabe farci, boudin créole...), à sa musique festive qui ne cesse d'être citée par les artistes du monde entier.

Le zouk en première ligne, mais aussi de nombreuses musiques traditionnelles comme le biguine ou le gwoka. Du funk au jazz, du rap aux musiques électroniques, où elles sont en train de faire un grand retour, tout le monde s'arrache ces chaudes sonorités, ces rythmes chaloupés popularisés dans le monde par Kassav', Tanya St Val, ou encore Patrick St Eloi (oui, bon, Franky Vincent aussi).

Si vous voulez vous mettre dans le bain, essayez par exemple la compilation zouk/disco/funk du collectionneur Digger's Digest, Digital Zandoli. Si vous n'y trouverez pas de festivals aux line-up techno gargantuesques, la musique fait partie inhérente de la vie locale et les soundsystems sur la plage sont légion. Vous pourrez chiller en toute sérénité : le bon son ne sera jamais très loin.

Vous pouvez réserver dès maintenant votre escapade antillaise (évitez bien la saison des pluies et celle des cyclones). Attention, les billets risquent de partir très vite.