Le 28 octobre, l'armée et la police ukrainiennes ont mené un raid au sein du club Jugendhub. Quelque 50 hommes masqués sont entrés dans le club vers 2 heures du matin, où se trouvaient environ 200 personnes, et se sont mis à fouiller les gens, en frapper quelques-uns, et même vérifier si certains hommes n’avaient pas échappé au service militaire. 17 personnes ont été arrêtées pour possession de drogues. Les autorités affirment que le club « fonctionne sans aucun permis », ce que conteste l’avocat du club, qui affirme aussi que les policiers ont détruit les toilettes pour ensuite affirmer qu’elles ne fonctionnaient pas.

La cofondatrice du club, Anastasiia Spyrydenko, a expliqué à Resident Advisor : « Ils se sont attaqué aux gens sans raison. Tout le monde avait très peur et personne n’a résisté. La police a utilisé la force sans raison, il y avait des taches de sang par terre. Des effets personnels, de l’équipement et des habits ont été volés. Ils ont commencé à vider nos poches et ont battu certains clients. »

  A lire également :
A Kiev, la techno fait aussi sa révolution

Ce n’est pas la première fois qu’un club ukrainien reçoit une visite de la police. En 2015, plusieurs policiers se sont rendus au club Closer pour la même raison. Plus récemment à Moscou, le personnel et les clients du Rabitza ont été violemment agressés par la police, un incident qui a entraîné la fermeture du club. Cependant, malgré l’incident, le club Jugendhub devrait rester ouvert.