Photo en Une : © Bedy Casa Blog


La nuit dijonnaise est en train de retrouver de la vigueur. En parallèle de l'ouverture du Cosmøs, le Contrast veut renouer avec la tradition électronique de la capitale des ducs de Bourgogne née avec l'An-Fer dans les 90's-00's et son résident Laurent Garnier.

« Le but du Contrast est de réunir aussi bien les quadragénaires qui ont connu l’époque des « dinosaures » électroniques que les 18-25 ans et leur énergie débordante », explique Olivier St Denis, un des directeurs artistiques du nouveau club dijonnais et également DJ. 

   A lire également
Dijon : le nouveau club techno/house le Cosmøs ouvre ses portes avec le gratin de la scène française

« Le terme de Contrast met en relief l’éclectisme de la programmation musicale du club, ainsi que sa volonté de casser les barrières spatio-temporelles », poursuit le DA. 

Côté programmation, le Contrast, qui privilégie une déco épurée et industrielle, prône une grande diversité. « Ça va des soirées hip-hop/jazz-funk, afrobeat ou dub aux DJ’s bass & drum’n’bass voire hardcore, en passant par la house, l’acid, la techno, la trance ou le disco. » Pour les deux prochains mois, AZF, Electric Rescue ou encore Jack De Marseille sont programmés. 

Mais même avec cette puissante programmation, il y a un artiste que le club rêve de recevoir. « Personnellement, au-delà d’un rêve, une utopie pour un club comme le nôtre serait de recevoir DJ Harvey pour une nuit entière… Il incarne à merveille l’esprit du club et la capacité à célébrer tous les aspects de la fête au sens hédonique du terme en fédérant tous les corps et les esprits, avec des sons totalement improbables… »  

Retrouvez toutes les informations sur la page Facebook du Club.