Photo en Une : © Movement Turin

Chaque année durant le Memorial Day weekend aux États-Unis, des milliers de personnes se rassemblent sur la Hart Plaza, à l’occasion du Movement de Detroit. Connu sous le nom de Detroit Electronic Music Festival à sa création en 2000, le festival a été dirigé les pionniers de la techno de Detroit tels que Carl Craig, Derrick May ou encore Kevin Saunderson. Le Movement de Turin se devait donc d'être à la hauteur de son grand frère américain.

Pour rester dans la veine industrielle qui caractérise une certaine architecture de la Motor City, l'édition italienne investira dès le premier soir le Lingotto, immense usine Fiat reconvertie en lieu événementiel modulable, en invitant des pointures de la house et de la techno. On compte Robert Hood et Jeff Mills venus de Detroit, les architectes Kerri Chandler et Lil' Louis, sans parler d'Emmanuel Top, Marcel Fengler, Luigi Madonna ou encore Recondite.

La deuxième grosse soirée aura lieu au même endroit le mardi 31, après un crochet par les clubs de la ville : l'Allemand Rødhad jouera au Big Club de Turin le 29, avant que San Proper ne se déchaîne au Milk Club le lendemain. De retour au Lingotto, Sonja Moonear, Lenny et Lawrence Burden qui forment le duo Octave One et le RPR Soundsystem (Rhadoo, Petre Inspirescu, Raresh) partageront l'affiche. Le clou du spectacle sera sans doute un set à six platines exclusif entre deux mastodontes de la techno, l'Anglais Ben Sims et l’Américain DVS1. Les plus coriaces iront ensuite s'abriter du soleil levant à l'Audiodrome Live Club pour la Morning Party.

Si au printemps prochain l'on retrouve le Movement de Detroit, c’est bien à Turin qu’il faudra se rendre cet automne pour apprécier un line-up musclé.

Toutes les informations sont à retrouver sur le site du festival, juste ici