Photo en Une : Positive Education 2016 © Victor Maitre

Dans l’antre de la Cité du Design de Saint-Étienne, implantée dans les locaux historiques de l'ancienne Manufacture d’armes Manufrance, le Positive Education assoit cette année son ambition de devenir une référence de l'avant-garde électronique. Un rendez-vous qui lorgne du côté de grands noms comme l’Atonal de Berlin, avec l’audace complémentaire d’inviter tout un pan d'artistes orientés rock, cold wave et EBM, tissant ainsi un lien entre les époques et les publics.

La programmation du Positive Education sera répartie sur 4 scènes principales : le Bâtiment 247, La galerie, le Bâtiment 249 et la Cantine. Chacune accueillera, selon les jours, un genre, une branche ou une atmosphère musicale différente. Contrairement à d’autres festivals, le rendez-vous stéphanois ne cantonne pas chaque style à sa scène et pousse ainsi le public à déambuler entre les ambiances et les plateaux.

  À lire également
Techno visionnaire et légendes de l'EBM : les premiers noms du festival Positive Education donnent des frissons

Le Bat 247, première scène nommée, illustre cette volonté et cheminera entre UK Rock, post punk, new wave electro le premier jour, techno expérimentale et noise le second, EBM et techno pour le dernier. Le 9 novembre verra ainsi se succéder le rock très anglais de The Underground Youth, la new wave des vétérans Trisomie 21 qui suscitera une vague de chaleur doublée de sueurs froides chez les ravers des 80’s, ou encore le post-punk des Turques She Past Away.

Second jour de cette même scène, et c'est un tout un autre univers. Le 10 novembre sera la journée qui rassemblera notamment Rrose (Stroboscopic Artefacts, Sandwell District) et son univers ténébreux, entre techno, drone et ambient ; ainsi que Varg, signé sur les deux étoiles du Nord Posh Isolation et Northern Electronics, dont le dernier album Nordic Flora Series Pt.3 sorti cette année déroule une techno narrative, qui s'ouvre sur le field recording ou même le RnB. Venu tout droit de Croatie, Strahinja Arbutina promet pour sa part une session techno infusée de breakbeat, sans concessions, qui préparera le terrain pour Regis, cofondateur avec Surgeon de Downwards Records et éminence de la techno UK.

positive education festival 2016
Positive éducation festival 2016

Pour un bouquet final contrasté sur les planches du Bat 247, Ancient Methods viendra faire frémir les échines avec sa techno industrielle ravageuse et syncrétique. Cet ancien duo devenu le projet solo de Michael Wolkenhaupt depuis le départ de Conrad Protz délivrait en janvier l’EP The First Siren. Un concentré de techno industrielle et de post-punk qui donne le ton des autres artistes présentés ce jour-là, comme le groupe culte de l'EBM Front 242, qui se produira en DJ set, Vatican Shadow et Fixmer / McCarthy.

La singularité de Positive Education est aussi marquée par la rencontre qu’elle permet entre scènes locales et nationales voire internationales. En vrac, on retrouvera du côté de Lyon les affiliés de B.F.D.M. et cuisiniers d'une techno-rave-breakbeat sans complexes : Judaah, Frère Zèbre, Lastrack et Raymonde, qui signait une remarquable première sortie en début d'année avec l'EP J'aime bien le tonnerre, rencontre entre techno à la Purpose Maker et balearic sombre. Une vibe nocturne et percussive qui rejoint bien celle de l'Allemand Tolouse Low Trax et Black Merlin (Berceuse Heroique), également à l'affiche.

Et comme l'on n'oublie pas ses classiques, le troisième et dernier jour la scène du Bat 249 nous fera raver avec de l’acid et de la techno hardcore dispensé notamment par DJ AZF, Manu le Malin et Voiron.

Le line-up complet est à découvrir dans le teaser ci-dessous.

Sans y aller par quatre chemins, le Positive Education nous offre une affiche singulière, cohérente et franchement excitante. Toutes les informations pratiques sont à retrouver ici.