Photo en Une : La salle Henry Le Boeuf © BOZAR

Si le numérique et l’électronique sont à l’honneur pour cette sixième du Bozar Electronic Arts Festival (BEAF), il s’agit d’une aventure éclectique qui ne se ferme aucune porte. En témoigne sa programmation, avec comme tête d’affiche le compositeur minimaliste islandais Jóhann Johannsson, à qui l’on doit notamment la bande-son des derniers films de Denis Villeneuve (Prisoners, Sicario, Arrival et prochainement Blade Runner 2049). Autre compositeur, l'expérimental William Basinski viendra rendre hommage à David Bowie, disparu l’année dernière.

Côté musique électronique, pas de leste pour autant. L’enfant de Dial Records Pantha Du Prince présentera son dernier album The Triad, sorti en 2016. Il sera accompagné sur scène par le plasticien Daniel Sorenson, pour un spectacle audiovisuel à ne pas manquer. Ben Frost, figure de la noise music, ravira le public pour la première de son nouvel album The Centre Cannot Hold, dont la sortie est prévue le jour même de son passage au BEAF, vendredi 29 septembre. Autre spectacle hybride, celui de Michela Pelusio, SpaceTime Helix, accompagnée de son instrument « opto-acoustique », que l’on pouvait déjà admirer au Mutek Mexico l’an passé.

En dehors de ses représentations musicales, le BEAF investit également le visuel et la technologie. Les lauréats du concours international d’innovation STARTS Prize 2017 viendront présenter leur réalisation, et l’exposition Tendencies dévoilera l’œuvre de six artistes femmes belges sur la science et la technologie. Quant à l'exposition The Estonian Example, elle inaugurera le tout nouveau BOZAR Lab, espace dédié à la recherche sur les liens entre l’art, la société et la technologie.

Toutes les informations sont à retrouver en détail sur le site du Bozar Electronic Arts Festival.