Photo en Une : © DR


La commune de San José tenter de se débarrasser des beach clubs qui viennent ternir son paysage côtier, comme l’explique un article paru sur le site d’informations local The Ibizan. Ces clubs avaient déjà été contraints de baisser le volume de la musique la semaine dernière par cette même municipalité de 85 dB à 65 dB.

Pour arriver à ses fins, la municipalité a rusé : certains de ces lieux ne sont pas en règle au niveau de leurs autorisations. S'ils ont été approuvé par le Conseil central d’Ibiza, les autorités de San José estiment que les clubs doivent aussi obtenir la permission du conseil local. 

Cette décision est la conséquence de l'amertume des habitants de San José, dont le confort a été bousculé par l'arrivée de ces restaurants de plage transformés en club. Le prix des transats a plus que doublé et les agents de sécurité de ces lieux ne prendraient aucune pincette pour déloger les gens de parcelles de sable autrefois gratuites. Pour les autorités locales, sans autorisation, ces endroits restent des restaurants, et ne peuvent donc pas accueillir de groupes ou de DJ's.

Depuis deux ans, les autorités d'Ibiza mènent la vie dure au business du clubbing. En 2015 déjà, un grand nombre de free parties sur les plages d’Ibiza avaient été interdites, pour situation irrégulière. L’année suivante, une restriction des horaires de fermeture de grands clubs de l’île avait été mise en place par le gouvernement pour éviter les rencontres matinales entre clubbeurs et locaux. Le Trésor public espagnol a aussi multiplié les descentes dans les clubs lors d'opérations anti-fraude.

Des beach clubs comme le Blue Marlin, le Nassau, le Cala Bassa Beach Club ou encore le Bora Bora, références de la côte, seront donc obligés de cesser leur activité, le temps que tout rentre dans l’ordre. Mais avec deux actions en deux semaines, le village de San José laisse supposer que le combat mené contre le clubbing n’est pas terminé. La municipalité doit se souvenir que le tourisme a connu une hausse grâce à l’arrivée de ce nouveau genre de vacanciers. Et qu’il pourrait souffrir de cette volonté de le réduire.