Photo en Une : Soirée organisée par Dox'Art © Tous droits réservés

Ce n’était cette fois-ci pas pour des raisons liées à l’état d’urgence qu’un énième festival était annulé. Le festival Dox’Art, qui devait se dérouler sur un terrain rural de la petite commune de Saint-Clément-Rancoudray, en Normandie, était en péril pour de tout autres raisons. « Certains agriculteurs avaient peur pour leurs bêtes, qu’elles s’échappent des champs avoisinants, qu’elles nous chargent… » nous explique Gabriel Bensaid, membre de l’association Dox’Art Company. C’est donc la sempiternelle opposition entre teufeurs et agriculteurs qui avait eu raison de ce festival électronique. 

Face à un premier refus de la sous-préfecture essuyé le 11 juillet dernier, les organisateurs du Dox’Art Festival ne se laissent pas abattre et cherchent un nouveau terrain, dans le but d’organiser une autre soirée, façon free party, cette fois. Les nouvelles vont vite en Normandie, et la préfecture propose finalement un nouveau rendez-vous aux membres de Dox’Art Company ; finalement, un accord est trouvé. « Le festival est maintenu, même s'il y a quelques changements un peu contrariants. Le terrain est plus petit, nous allons donc réduire le nombre de places à 1 500 au lieu de 3 000, et nous ne pouvons plus monter le chapiteau de 400 m² qui était prévu. Il n’y aura donc qu’une scène, où se succéderont la totalité des DJ programmés. » Malgré tout, cette concession est un mal pour un bien. « Le préfet s'est engagé à nous suivre par la suite, si cette édition se passe bien, de nous aider à trouver un terrain et à pérenniser le festival », affirme Gabriel Bensaid.

Le festival se déroulera donc les 28, 29 et 30 juin prochains, à la Meurdraquière, minuscule commune normande de 162 habitants. Au programme : le boss de la psytrance Otezuka, MAÂT, membre actif du collectif T.lesco.P et le DJ local ELNaNO du collectif psytrance breton Ethereal Decibel Company. Côté hard music, l'on retrouve l’incontournable maître du frenchcore et enfant du pays Maissouille, HEMEI, créateur de StereOrganic, WEMS, figure de la scène hardbeat ou Le Chat, membre du collectif Bas-Normand Cator C. Le tout sur 30 kW de Funktion One, dans un décor conçu par l’association néerlandaise Locus Pocus, qui a notamment décoré le Totemystik, le Freqs of Nature Festival ou le Own Spirit Festival.

Toutes les infos sur leur page Facebook