Photo en Une : © D.R.

La première édition du H.O.T Festival  pour History Of Techno  promet de marquer les esprits ; pour prolonger l’émotion des pétarades de fête nationale, c’est carrément 20 heures de détonation sonores qui s'y joueront sur les deux scènes du MK-2 Klub, agrémenté pour l’occasion d’un sound-system de 40 kW.

En tête d’affiche de la Main Stage, le producteur minimal Gaiser, pilier du label M_nus de Richie Hawtin et adepte de grooves sombres et lancinants. Basslines suaves et insolentes à l’appui, son dernier album III le voyait jongler avec dextérité entre techno et micro, et nul doute que son set mettra tout le monde d’accord. À ses côtés, le Mexicain Hector (Tsuba, Phonica), dans une veine plus percussive et plébiscitée par de sacrés clubs et festivals, l’Amnesia d’Ibiza et le Time Warp en tête.

Outre la prise de la Bastille, on célèbrera au Hot Festival les 25 ans du label écossais Soma – vous savez, la petite maison qui a sorti Da Funk et Homework des Daft Punk. Son cofondateur Slam sera de la partie pour souffler les bougies (et tant qu’à faire, le dancefloor) avec une techno précise et sillonnée d’envolées mélodiques. Dans la famille Soma, l’on retrouvera également le prometteur Charles Fenckler, qui a déjà sorti un LP et une flopée de maxis sur le label, et l’imprévisible duo Clouds, synonyme d’une techno infusée de breakbeat qui transpire la rave 90’s. Antigone et Francois X joueront enfin en B2B, et quoi de mieux pour attester de l’efficacité de ces deux fers de lance de la techno française qu’une plongée dans leur studio ?

À voir également
Nous avons accompagné François X et Antigone en studio pour une grosse leçon de techno

Les kicks filtrés de Citizen Kain et la tech house mélodique de Reinier Zonneveld résonneront aussi jusqu’au petit matin (la soirée se termine à 8 heures), et la piscine bordée de végétations qui sépare les deux scènes sera plus que bienvenue pour parer aux risques de combustion spontanée de ce line-up impeccable – d’autant que sur l’Alternative Stage, ce sera le résident de Concrete et fier représentant de la nouvelle house française Leo Pol qui conduira la cérémonie. Ce second plateau mettra à l’honneur la scène locale de Montpellier et du Gard, et la quinzaine de DJ’s programmée saura prouver que la région n’a rien à envier à la métropole en termes d’effervescence musicale.

Un beau programme en perspective pour ce nouveau festival qui ne devrait pas avoir de mal à trouver son public, dans une ville où la techno manque encore de rendez-vous fédérateurs. Toutes les informations sont à retrouver sur la page Facebook de l’événement.