V.RNN
aka M TounuLa Menuiserie - Morlaix

vrnn
© Julio Ificada

À peine sa 18ème bougie soufflée, le jeune DJ morlaisien fait déjà ses premières armes sur l'ordi de son père. En huit mois, Victor arrive à bout de GarageBand et s'attaque à Ableton. Rapidement, ses heures de travail donnent naissance à une musique particulière : “ambiance neo-gabber trap dancefloor acid", comme il le définit si bien. Le tout à 160 BPM ! Aujourd'hui, à tout juste 22 ans, son projet M. Tounu arrivé à maturité avec un track sorti sur la dernière compilation de Casual Gabberz, Victor nourrit des envies de nouveauté. Cette année, l'étudiant des Beaux-Arts de Brest s'est créé un alias techno : V.RNN. Une nouvelle facette de sa sensibilité artistique pour laquelle il puise son inspiration autour "des morceaux de raves bretonnes, en passant par Internet ou encore par des univers d'heroic fantasy tels que Fullmetal Alchemist", confie l'intéressé. Ce nouveau blaze, Victor l'a aussi choisi car il a commencé à sortir des productions trop éloignées de ce qu'il avait fait jusqu'ici avec son premier projet : "Avec V.RNN, je peux davantage jouer techno, comme je l'ai déjà fait pour une soirée avec le collectif Submarine à Lorient ou encore sur la dernière sortie du label brestois Prima Luce", liste le jeune DJ. Des tracks qui résonnent aussi lors des soirées organisées par son collectif (accessoirement sa bande de potes). Emmenée par M. Tounu, Sergie, BIGbadWolf, ou encore Jacques & Edgar, la Menuiserie se forge une réputation dans toute la Bretagne et ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Il présentera son projet V.RNN vendredi soir à la Cale de Seanapse.

(u)Ruben - Atlas Circusruben

(u)Ruben a commencé la production à l'âge de 15 ans ! Une précocité qui se ressent d'autant plus dans ses morceaux actuels, malgré une parenthèse d'un an : “J'ai repris FL Studio il y a deux ans parce que j'avais à nouveau le temps pour le faire”, explique le jeune producteur. Inspiré par les dernières sorties micro house de Traumer et les tracks de Janeret ou encore par le travail de Barac, Ruben devient de plus en plus productif. De fil en aiguille, il enchaîne les écoutes sur SoundCloud et voit certains de ses tracks uploadé par des chaînes YouTube spécialisées. Il sort alors plusieurs vidéos sur MoskalusOOUKFunkyOO, Verzila, Houseum ou encore LR 4991 en tant que (u)Ruben mais aussi sous un alias occulte. Lorsqu'il passe derrière les platines, il a tendance à s'orienter vers des sets davantage minimal house. C'est d'ailleurs ce qu'il fera demain 5 août au Seanapse.

Jean Terechkova - Rennes
jean terech

”Tout a commencé lors des soirées Éclosion au Chantier à Rennes !” Invitée par ses potes de la Tangente, Anne-Sophie aka Jean Terechkova s'empare des platines pour une de ses premières fois. Nous sommes en 2015 et la jeune femme se lance dans le DJing : “Le but des soirées Éclosion est de mettre en avant les DJs inconnus et mes copains m'ont poussé à y participer. Ils ont cru en mon potentiel”, s'amuse-t-elle, en toute humilité. Pianiste aguerrie, elle découvre la techno en débarquant à Rennes pour ses études en 2014. Deux ans plus tard, elle remporte le tremplin du Concert Against Cancer - une soirée organisée au 1988 Live Club - qui lui vaut un gage de visibilité sur le devant de la scène ! À l'instar des DJs les plus cotées du moment, Jean Terechkova remplit ses flight cases et ses clés USB de techno indus : “J'ai commencé avec de la dark techno puis je me suis tournée vers des productions plus énervées, à l'image de ce que font des artistes comme Falhaber et Perc.” Après avoir mixé dans toute la région, Anne-Sophie se lance désormais dans la production. Affaire à suivre...

Somoine - Racine Corp. - Rennessomoine

“Faire les zouaves sur du bon vieux disco de zinzins !” Telle est la définition de la fête par Somoine. Une philosophie que le DJ paimpolais a su insuffler lors de nombreuses soirées au cours de ces dernières années : “J'ai commencé à faire de la merde en mixant AC-DC avec du hardcore sur Virtual DJ puis avec mes potes, on s'y est mis plus sérieusement. En 2012, on a commencé nos propres soirées : les Michel Expérience ! Il y a deux ans, nous avons relancés le concept de façon plus cadrée”, se souvient Eliott. À 23 ans, il tourne désormais avec Racine Corp. : “Un petit collectif marqué par une identité house. De l'afro à la plus funky en passant par la disco. Le fait de passer des soirées en club à écouter de la microhouse ou de la techno autoroute me saoulait un peu, même si cela reste intéressant à mixer. Je préfère organiser la fête hors des clubs et proposer une musique plus folle destinée à un public qui fait le con !”, lâche l'intéressé. Pour entretenir cet esprit festif, Somoine truffe ses sets de vocals black gospel : Donna Summer, Jocelyn Brown, Thelma Houston... Peu de temps après avoir mixé pour la jeune équipe de Second Degré au château de Kergrist, Somoine jouera à la Cale de Plouha ce soir. 

Blanche - Le Grenier - Lamballeblanche

Tout comme Jean Terechkova, Blanche s'inscrit dans la liste des artistes féminines énervées. À peine a-t-elle commencé à tâter les platines, qu'elle se retrouve propulsée à mixer aux côtés de Louisahhh, Maelstrom, Torb et le duo Trunkline. Après cette première date, la DJ du Grenier enchaîne les gigs pour représenter la team du Capsule Festival ! “J'ai toujours fait de la musique ! Du violon, du chant ou de la guitare, alors me mettre à mixer m'est apparue comme une suite logique pour continuer à toucher à la musique que je souhaite partager”, confie-t-elle. Côté inspiration, Blanche se sert dans les bacs de mental, d'indus et d'acid techno : “Une musique violente possédant une grande palette remplie de possibilités sans tomber dans la linéarité.”

Vanadís - ÖND - Rennesvanadis

“Tout ce qui n'est pas conventionnel !” C'est ce que répond Vanadís lorsqu'on lui demande de définir ce qu'elle fait. La jeune femme court après les morceaux les plus dissonants : “De l'EBM, de l'acid, de l'indus, de la techno des 80's avec la scène UK actuelle et tout ce qui est breaké de manière générale.” Un style original qui la démarque de ses condisciples. Preuve en est avec son récent passage sur la scène tremplin du Manoir de Keroual lors du pèlerinage régional d'Astropolis : “Une date à laquelle je tenais beaucoup. J'ai réussi à passer ce que je voulais. J'ai pris un gros plaisir !” Et pourtant, la résidente de ÖND n'était pas la plus motivée à l'idée de se retrouver derrière les platines : “En 2013, je me suis mise à mixer sur le matos de mon meilleur pote, Michel Hazanavicieux de NVNA, mais je ne voulais pas jouer en public... À la base, je suis rentrée dans Midweek en tant que simple bénévole, puis je me suis rapidement retrouvée à la communication puis à la programmation artistique. L'année dernière, nous avons décidés d'arrêter de bosser entre potes, ÖND et Midweek sont alors devenus deux entités distinctes. Un jour les gars de ÖND m'ont mise devant le fait accompli : "Demain, tu joues au Bar'Hic, t'as pas le choix !" et c'était parti !”

Blat - Braises sonores - Nectart Music - Vannesblat

Comment ne pas suivre les traces d'un père DJ, animateur d'émissions radios et organisateur d'évènements à San Francisco ? Depuis 2009, Blat a repris le flambeau et a troqué les disques de son paternel contre de la “house ethnic : oriental, latine, africaine, en allant évidemment chercher dans le funk et la disco !” Une influence musicale qu'il partage avec son public lors des soirées qu'il organise au sein de ses deux collectifs : Nectart et Braises sonores. Même si il adore “prendre part à la fête en mixant”, le jeune homme préfère assurer l'organisation et la direction artistique de ses soirées : “Avec Braises sonores, je peux m'exprimer pleinement. Je travaille avec un réseau me permettant de ramener quelques noms importants sur la côte sud de la Bretagne”, explique-t-il fièrement. Prochaine étape le 12 août à la criée de Port-Navalo. Blat, quant à lui, jouera ce soir vendredi 4 août au Seanapse.

Irius - Atlas Circusirius

Il faut remonter en 2013 pour écouter les premières productions musicales d'Irius. Le jeune DJ débute sur Fruity Loops en compagnie de (u)Ruben. Les tracks s'enchaînent et amènent naturellement l'envie de mixer ! “En 2015, j'arrive sur Vannes et participe au projet Bluelephant Music avec nos soirées au Piano Barge et nos différentes croisières”, se souvient-il. Des faits d'armes qui forgent le jeune Costarmoricain puisque les dates se suivent les unes après les autres. De Paris à Brest en passant par la côte morbihannaise, Irius délivre ses DJ sets aux inspirations minimal, UK et garage. Rendez-vous demain samedi 5 août à la Cale du Seanapse.

Maxwell - La Meulerie - Saint-Brieucmax

En 2011, Maxwell rentre au lycée et découvre l'étendue de la musique électronique avec ses potes : “Nous étions quelques-uns à se retrouver autour de ça, confie l'intéressé. C'est à partir de là que je me suis réellement créé une culture musicale autour de la vibe techno de Detroit.” En commençant par la production, le natif de Saint-Brieuc s'essaye aussi bien à la house qu'à la techno. “Intrigué” par les techniques de production, il met le nez très tôt dans Ableton et s'oriente progressivement vers les influences de la Motor City : “Je me suis créé une véritable identité autour de la scène anglaise mais aussi auprès de labels tels que Motech Records par exemple.” Le jeune DJ bidouille alors dans sa chambre d'adolescent, ce qui ne laisse pas indifférent son frère cadet avec qui il mixe désormais en b2b lors des évènements de leur collectif : La Meulerie. Ils passeront ce soir vendredi 4 août.

Quentin Della Negra - Léonard Wanderlust - Guingamp

dn

“Un mec qui aime partager la musique !” Voilà comment Quentin Della Negra définit sobrement son activité de Djing. “Je ne me considère pas comme un artiste mais tant que l'on m'invite pour jouer, je suis partant”, reprend le gars de Léonard Wanderlust. Lancé en 2014, le collectif guingampais ne manque pas d'ambition et lancera même son propre festival. De son côté, Quentin s'adonne à mixer en warm-up avec son compère Colas. Habitué à jouer une techno “dure et mentale”, Quentin fera une exception pour ce soir au Seanapse en s'essayant à la house.