Photo en Une : © Yes It Is

Créée en 2016, la petite entreprise spécialisée dans les objets connectés a lancé cette année le projet Revive, primé au Consumer Electronic Show de Las Vegas en janvier dernier. L'idée entre dans la catégorie "il suffisait d'y penser" : il s'agit d'implanter une puce NFC (Near Field Communication, qui permet l'échange de données avec un smartphone tenu à proximité) sous l’étiquette centrale d’un vinyle, afin que l’acheteur puisse avoir accès via son téléphone à la pré-écoute, mais également à toute sorte d’informations sur l’artiste, comme sa discographie ou sa biographie.

   À lire également
Une face CD, une face vinyle : un nouveau support vient de naître

Ce n’est donc que la combinaison de deux technologies déjà existantes mais encore fallait-il penser à associer le vieux vinyle, qui n’a pas connu d'évolution majeure depuis l’arrivée du 45 tours en 1949, aux puces NFC, encore peu utilisée par le grand public. Ces nouveaux vinyles pourraient notamment pallier le manques de moyen ou d'espace des disquaires indépendants qui ne peuvent pas tous s’équiper des platines d’écoute. L'on pourrait même imaginer que ces puces pourraient être collées sur des disques de seconde main a posteriori, les disquaires ayant déjà l'habitude d'enregistrer des snippets de leurs vinyles pour les mettre sur leur site web. Une alternative salvatrice à la platine-valise.

Mais, parce qu’il y a toujours un mais, reste à savoir comment seront exploitées les données récoltées en retour par les artistes et les labels. Car la plate-forme de Yes It Is, qui développe déjà des solutions similaires dans le domaine du luxe et de l'aéronautique, récupère notamment la position géographique de l'auditeur au moment où celui-ci "active" la puce NFC. Ne vous étonnez donc pas si vous recevez des promos de vols Paris-Cologne après avoir acheté la dernière release de chez Kompakt.

Pour garantir l'implémentation de Revive, la start-up s'est associée au leader mondial du pressage de disques MPO. Les premiers vinyles connectés devraient sortir de l'usine de Mayenne en octobre prochain, et c'est l'artiste trip-hop Wax Tailor qui devrait inaugurer cette petite révolution.