Dans la continuité des festivals annulés par volonté administrative, l'AREA 217 fait partie de ces victimes des conditions sécuritaires exigeantes imposées par l'État d'urgence. Au début du mois avait pourtant eu lieu le Download Festival, du 9 au 11 juin, auquel près de 120 000 festivaliers ont assisté. Sur sa page Facebook, la commune de Brétigny-sur-Orge dénonce, pour le cas de l'AREA 217, des « conditions de sécurité prévues bien trop faibles par l'organisateur face aux demandes de la Préfecture pour un événement de ce type ». Et justifie le maintien du Download dont « les conditions avaient été jugées satisfaisantes et avaient permis à l’évènement de se tenir, avec grand succès ».

   À lire également
Alerte : annulation du Metz Électronique Festival à 4 jours de sa tenue

Tommy Vaudecrane, organisateur du festival, affirme dans un communiqué : « Suite à un arrêté d'interdiction pris ce jour - vendredi 23 juin - par la Préfecture de l'Essonne, afin de garantir le maintien de la sécurité et de l'ordre public, nous sommes contraints d'annuler le festival AREA 217 prévu les 30 juin, 1er & 2 juillet 2017. […] Triste nouvelle pour l'équipe, les artistes et les partenaires qui donnent toute leur énergie depuis le début de l'aventure et une profonde déception du public qui attendait avec enthousiasme la tenue du festival. L'équipe d'AREA217 vous remercie pour votre soutien inconditionnel. »

Initialement prévu du 30 juin au 2 juillet, le festival AREA 217 avait annoncé un line-up de 80 artistes mélangeant tous les styles underground, de la techno à la house en passant par la trance et la hardcore, le tout sur un site de 70 000m² et six scènes prévues à cet effet, pour ce qui s’annonçait comme l’un des plus gros festivals de l’année de la région parisienne.

   À lire également
Paris : l'énorme rave sur la base militaire AREA 217 lâche la prog' de ses 6 scènes techno, house, psytrance, hardcorde, bass et chill

Certains remettent en cause un lien entre cette décision de la part de la préfecture et la récente tentative d’attentat d’Adam Djaziri, dont le domicile avait fait l’objet d’une intervention au Plessis-Pâté. « Le fait que des individus susceptibles d'être en lien avec l'auteur de l'attentat survenu à Paris le 19 juin 2017, puissent résider à proximité ou fréquenter les alentours du site où devait se tenir le festival ont rendu encore plus complexes les conditions d'organisation », explique Tommy Vaudecrane.

En ce qui concerne les 20 ans de Trax, nous ne pouvons pour l’instant pas maintenir leur célébration. Mais si vous avez sous la main un lieu assez grand pour accueillir tout le monde, nous sommes preneurs.