Photo en Une : © Nature One

Pendant quatre jours et trois nuits, le gigantesque festival Nature One accueillera plus de 300 artistes du monde entier, répartis sur 23 scènes dont 4 dancefloors principaux et 19 scènes clubbing. Ces dernières seront installées dans des anciens bunkers et sous des chapiteaux, avec au programme lance-flammes, pataugeoires et feux d'artifice. Le coup d'envoi officiel sera donné le 3 août avec le Mixery Opening, dans le village camping de 100 hectares, pour se prolonger ensuite sur l'ancienne base.

   À lire également
Le festival géant AREA 217 annulé par arrêté préfectoral une semaine avant son ouverture

Ambiance conviviale pour le plus gros festival électronique d'Allemagne, qui accueillera sur son Open Air Floor et sa scène Classic Terminal des figures de l'EDM et de la techno trance comme Paul Van Dyk, Calvo, Tom Wax, le Belge Netsky, flirtant avec la drum'n'bass, ou le duo britanico- finlandais Above & Beyond et le très progressif Neelix. 

Pour représenter toutes les facettes de la musique électronique, Nature One cédera sa scène Century Circus à des pointures de la techno. Aux platines, des figures de la techno allemande comme le résident du Berghain et patron du label Klockworks, Ben Klock, Drumcomplex, l'ancien punk Empty Vision ou bien l'habitué des lieux Felix Kröcher. Autres DJ's internationaux, la Britannique Rebekah, le mythique Sam Paganini et la Thaïlandaise aux influences deep Nakadia. Puis viennent les guerriers Sven Väth, Dax J et le perfectionniste Joseph Capriati édité sur le célèbre label suédois Drumcode Records. Quand les crampes se feront sentir, l'espace "House of House" posera une ambiance plus chill, avec les performances du marseillais Worakls, de Sacha Braemer, Wankelmut, Moonbotica, Jonathan Kaspar, Hugel...

Malgré ses allures de Tomorrowland, le festival se veut prompt à la découverte de nouveaux artistes : sur ses 19 scènes clubbing, de nombreux collectifs, labels et clubs poseront leur son pour une ambiance plus intimiste. À l'affiche, l'on citera en vrac le club belge Wir Tazen, le Bordeline suisse ou encore le label de hard style Dirty Workz. La radio partenaire Dasding retransmettra en direct de nombreux sets du festival sur les ondes FM, sur Internet et en vidéo via Facebook. En attendant, l’aftermovie de l’année dernière est visible ci-dessous :