Photo en Une : Sleeping with Coachella © Bil Zelman

Nous ne détenons malheureusement pas le secret pour vous guérir de la « grippe festivalière », cette maladie qui touche chaque année des dizaines de milliers de fêtards. En prévention, nous sommes allés voir Patricia Piasco, conseillère en diététique et nutrition, pour quémander quelques astuces (testées et approuvées) qui devraient vous aider à affronter ce fléau.

Pour préparer les hostilités

Votre sac à dos sera votre trousse de secours. Pour notre diététicienne, il faut toujours y caler de l’eau pour bien s’hydrater. Même si vous en trouverez sur place, c’est toujours bien d’en avoir dès le début, et les queues sont longues au ravitaillement. N’hésitez pas à y ajouter du citron frais, un excellent moyen de se rafraîchir et de reprendre des forces.

A ne pas oublier : de la crème solaire, une brosse à dents et des lingettes pour bébé, pour combattre les bactéries présentes en abondance. Le sac sera aussi pratique pour transporter vos papiers d’identité et carte bancaire. Pour les plus sensibles, une paire de bouchons d'oreille vous évitera de finir à moitié sourd, ou pire.

   À lire également :
On a demandé à un docteur comment se remettre de la gueule de bois

Une semaine avant de partir, il faut préparer son corps, avec une cure de jus de citron pressé, à mélanger dans un verre d’eau chaude et à consommer tous les matins avant le départ. Le breuvage vous nettoie l’intérieur et aide le foie à mieux (di)gérer le festival.

Mais le plus efficace, c’est le jeûne. Les trois derniers jours avant le début des festivités, faites soit un jeûne sec (ne jamais rien avaler), soit un jeûne humide (consommation exclusive d’eau, légèrement citronnée si vous le souhaitez, tisanes acceptées). Attention, ce n’est pas le ramadan : en aucun cas vous ne devez manger pendant les prochaines 72 heures. Votre corps va éliminer tout ce qu’il y a de mauvais à l’intérieur (toxines, substances chimiques, alcool, drogues, sucres et gras) et s’autoguérir de tous les maux tels que la gueule de bois, la crise de foie ou l’indigestion. En plus d’une récupération plus rapide de la fatigue accumulée.

Vous êtes arrivés

N'oubliez pas de dormir, au moins 6 heures en cumulé. Abstenez-vous de consommer des choses grasses. Fruits et légumes sont la clé d’un retour de flammes moins brûlant en sortie de festival. Le hic, c'est que les festivals ne proposent pas forcément ce type d’aliments, donc soyez prévoyants. Patricia Piasco rappelle une nouvelle fois l'importance de l'eau, car l’alcool et les boissons sucrées ou énergétiques sont synonymes de déshydratation.

Si le festival l'autorise, venez avec un jus de légume frais. En mélangeant carottes, concombres et betteraves (mixés la centrifugeuse) par exemple, vous soutiendrez et drainerez votre foie. A boire en arrivant. Essayez de commencer à picoler le plus tardivement possible, pour laisser au jus le temps de faire effet.

N’oubliez jamais que si vous avez un problème quelconque sur place (lié à votre consommation d’alcool, de substances illicites ou tout simplement à votre état physique), les secouristes ne sont jamais très loin et ne sont pas là pour vous juger ou vous dénoncer aux autorités, comme le rappelle Fêtez Clairs.

C’est déjà fini ?

Après ce délicieux moment de fête, retour à la réalité et ses problèmes, dont la fameuse gueule de bois, généralement plus longue et plus violente que vos week-ends habituels.

Encore une fois, il faudra éviter la nourriture grasse. Votre foie, déjà bien amoché par les évènements, sera incapable de se remettre en forme si vous lui en rajoutez une couche. Le jeûne est aussi possible après, mais il sera beaucoup plus difficile à supporter. Car le taux de toxines à éliminer est beaucoup plus important, apportant son lot de migraines, nausées et fatigues.

Privilégiez alors une monodiète, soit la consommation exclusive d’un aliment. Le mieux, ce sont les fruits. Préférez les fruits acides et juteux, tels que le raisin, le kiwi et tous les agrumes. Avant chaque repas, prenez un verre d’eau et versez-y une cuillère de vinaigre de cidre. Idéal pour le foie et la vésicule biliaire d'après notre conseillère en diététique.

Et pour les traditionnels maux de crâne, évitez le paracétamol et autre aspirine. Ces composants médicaux sont très mal gérés par un foie en convalescence de fête. Et parfois même dangereux selon la personne et la quantité prise. Il existe une solution simple et très efficace : l’huile essentielle de menthe poivrée. A appliquer là où ça fait mal, généralement sur le front et masser légèrement avant de laisser reposer. Résultat garanti.