Photo en Une : © Le Moulin Rouge

On ne présente plus la Machine, club parisien incontournable du Pigalle noctambule. Cet été, elle met les bouchées doubles et se déploie sur 4 niveaux : le Hall et sa scénographie signée Bon Esprit mènera aux escaliers qui débouchent sur le dancefloor de la Chaufferie (le Central sera exceptionnellement fermé pour l'été), tandis que le rooftop, que la Machine ouvre pour la première fois au public, permettra de commencer la soirée en douceur, avec vue sur les pales du (vrai) Moulin Rouge et l'horizon des toitures parisiennes, rutilantes sous le soleil couchant. Le club gardera aussi ouvert toutes les nuits son Bar à Bulles, un espace au calme pour boire un verre ou reposer son corps transis d'avoir trop dansé devant la large palette d'artistes programmés.

Car si le cadre est superbe, la programmation l'est tout autant. Cette saison d'été s’ouvre sur une soirée italo-disco avec l’italien Alexander Robotnick et le taulier de la scène néerlandaise Intergalactic Gary, tous les deux dans le circuit depuis les années 80 ; ils seront épaulés par le parisien Pépé del Noché, résident des soirées Microclimat. Les amateurs de rap pourront eux venir le 8 juillet assister au concert du groupe Bon Gamin, composé de Ichon, Myth Syzer et Loveni, et accompagné de l’équipe du webzine hip-hop SURL.

Le 14 juillet, jour de fête nationale, le bal populaire de la Machine sera mené par la deep house du résident de Concrete, Leo Pol et par le boss de Rutilance Records DJ Steaw. Le lendemain, on retrouvera l'érudit Awesome Tapes from Africa qui sélectionnera ses meilleures cassettes pour une soirée afro ; puis retour côté house avec les Anglais de Chaos in the CBD (Rhythm Section International, Mule Musiq) le vendredi 21 juillet, auxquels succédera une semaine plus tard le Dekmantel Soundsystem, dont le festival éponyme est gage d'une exigence inégalée.

   À lire également
D'où viennent les incroyables cassettes africaines du DJ Awesome Tapes From Africa ?

Passé le chassé-croisé du dernier week-end de juillet, la Machine accueille le samedi 5 août le crew 100% féminin Barbi(e)Turix ; habitué des lieux, puisqu'il y organise depuis des années les soirées Wet For Me, il sera représenté par sa programmatrice Rag et Nari Fshr, qui s’allieront pour un b2b. Pour rester dans les artistes engagés (ou presque), on retrouvera le fan n°1 de Jacques Chirac Mézigue, qui a rappelé son amour pour la politique avec sa dernière release « Bouge ton gros boule d'Asnières c'est mon investiture ». Le DJ phare de D.KO Records prendra le contrôle de la Machine le 12 pour un set all night long qui devrait en laisser plus d'un sur le carreau.

   À lire également
Fillon, Poutine, Le Pen et Macron s’embrouillent en after dans le clip du président de la house Mézigue

Les deux derniers week-end seront également bien chargés avec l’Allemande Lena Willikens et DJ Sundae le vendredi 18, puis une soirée programmée par le collectif Les Yeux Orange le samedi 19. Le week-end de clôture se divisera enfin en deux soirées : la première sous le signe de la techno, intitulée Demain C’est Loin, avec Ivan Smagghe. Le discret papa des soirées Kill the DJ au Pulp sera accompagné du fougueux duo Il Est Vilaine, et d'Apollo Noir, dont le premier album sorti sur Tigersushi était notre coup de cœur du mois de mars. La clôture sera assurée par le collectif parisien Pardonnez-Nous ; un programme bien rempli qui n’a rien à envier de celui de vos amis prévoyant de fuir la capitale pour l’été.