Photo en Une : © James Hines

Grime 4 Corbyn. C'est le nom de ce site fraîchement apparu qui encourage les fans de grime à s’inscrire pour les élections législatives au Royaume-Uni. Pour inciter son public à s'inscrire, le site lui propose de de participer à un tirage au sort, avec à la clé des places pour une soirée grime secrète dans Londres, dont on ne connait à ce jour ni le lieu, ni le line-up. En guise de bande-son, Grime 4 Corbyn a opté pour un discours de Corbyn remixé à la sauce grime, rappelant le "Corbyn Riddim" de JME et l'instru de "That’s Not Me" de Skepta.

Ce n'est pas la première incursion de la scène grime en politique : il y a quelques semaines déjà, le visage de Corbyn balisait les murs via des affiches représentant l'homme politique entouré de MC's notoires. Le tout accompagné d'un appel à voter pour lui et à s'inscrire sur les listes électorales.


L’enjeu est important, ces législatives anticipées ayant pour dessein de renforcer la légitimité de la première ministre Theresa May en consolidant la majorité du parti conservateur à l'assemblée, à l'approche des négociations avec l'Union Européenne sur le Brexit. Leader du parti travailliste et représentant de son aile gauche, Jeremy Corbyn est ainsi son principal opposant. Le grime, né dans l’East End Londonien, prend racine dans un contexte où le désintérêt pour la politique est prégnant, particulièrement chez les jeunes de classes populaires. Si plusieurs MC's se sont ouvertement prononcés en faveur de Corbyn, à l'instar de JME et Akala, qui voteront pour la première fois, le site Grime 4 Corbyn est d'abord une incitation à s'inscrire et à voter, qu'importe le candidat.

De son côté, Corbyn a retweeté à plusieurs reprises les soutiens de cette scène, et I-D a organisé une rencontre entre l’homme politique et le MC JME. En mai 2016 déjà, Stormzy déclarait dans une interview au Guardian : « Je trouve [que Corbyn] comprend ce que les minorités ethniques, les sans-abri et les travailleurs vivent ». Un message à contre-pied de la défiance d'un Skepta qui rappait sur "Shutdown" « we don’t listen to no politician » ; « nous n’écoutons aucun politicien ».

Jeremy Corbyn arrêté lors d'une manifestation anti-apartheid, 1984

Le passé de leader du mouvement anti-apartheid et l'antiracisme militant de Corbyn expliquent aussi sa popularité auprès d'une scène qui entretient des rapports tendus avec les autorités londoniennes. Une tension cristallisée par le formulaire 696. Destiné à évaluer les risques liés à la tenue d'un concert, celui-ci a été soupçonné de viser particulièrement la "black music" et de procéder à un profilage racial du public. Dans le documentaire The Police VS Grime Music de Noisey, Cheeky, un tourneur réputé, accuse la police de s'en servir comme moyen de pression : « ils harcèlent les clubs pour annuler ton concert. »

   À lire également
À Dresde, des DJ's transforment les rues en dancefloor pour lutter contre la xénophobie

Que les fans de grime votent pour Corbyn ou pas, leur sensibilisation aux enjeux politiques ne peut être une bonne chose. L'occasion de relire notre Trax #200 consacré aux liens entre musiques électroniques et politique, toujours disponible sur notre store.